100 CLES POUR COMPRENDRE DEAUVILLE ET TROUVILLE PDF

Auteur dramatique prolifique, il a 100 CLES POUR COMPRENDRE DEAUVILLE ET TROUVILLE PDF 124 pièces de théâtre, dont beaucoup furent de grands succès. René Delmas de Pont-Jest, qui s’est essayée elle aussi au théâtre. Il est le troisième d’une fratrie de quatre garçons.


Le cinquième titre de la collection 100 clés (après 100 clés pour comprendre Rouen, 100 clés pour comprendre Le Havre, 100 clés pour comprendre Caen et 100 clés pour comprendre l’Impressionnisme en Normandie) invite à une autre découverte du patrimoine des 2 villes de Deauville et Trouville, en mettant en parallèle leur patrimoine. Ici, l’architecture raconte l’histoire et le développement coordonné des deux stations balnéaires. Très illustré, indispensable pour visiteurs et résidents, l’ouvrage invite également à la découverte de quelques trésors cachés.

Comme ses deux aînés, Alexandre naît dans la capitale de l’Empire russe, où son père a signé un contrat de neuf ans avec le théâtre Michel pour la saison d’hiver. Ses parents se séparent en 1885, Renée Delmas refusant les nombreuses liaisons de son mari, notamment avec Sarah Bernhardt. Alphonse Allais, ami de son père Lucien, le fait entrer au magazine humoristique Le Sourire. Le Page est créé le 15 avril 1902 et totalise 35 représentations. L’Escalier de Maurice Donnay en 1904.

Sacha fait à cette occasion la connaissance de Charlotte Lysès, jeune protégée de son père. Charlotte et Sacha se marient le 14 août 1907 à Honfleur. Brillant comédien, Guitry va dès lors s’affirmer dans l’écriture. Guitry utilise déjà au théâtre la méthode qu’il utilisera plus tard au cinéma : s’approprier les règles, les codes d’un genre, les détourner et les plier à son propre style. Sacha Guitry jouant le rôle de Grimm dans sa comédie musicale Mozart en 1926. Avec le cinéma, les rapports de Guitry sont alors plutôt complexes.

Ce qui ne l’empêche pas de faire, en 1915, une première tentative en réalisant Ceux de chez nous, en réaction à un manifeste allemand exaltant la culture germanique. Comme Jouvet, il reproche au cinéma de ne pas avoir la même puissance que le théâtre et ne s’y intéresse réellement qu’en 1935, sous l’influence de sa jeune épouse Jacqueline Delubac. Comprenant que le cinéma permet une plus grande pérennité que le théâtre en fixant les images sur la pellicule, il décide d’adapter à l’écran certaines de ses pièces. En 1936, il tourne à partir de la pièce qu’il a écrite Le Nouveau Testament. Puis, toujours en 1936, il réalise Le Roman d’un tricheur, son chef-d’œuvre pour beaucoup de spécialistes. Son nom est proposé pour l’Académie française mais Guitry refuse la condition qu’on lui impose : abandonner son activité de comédien.

En 1939, il est élu à l’Académie Goncourt et réalise Ils étaient neuf célibataires. L’armistice survient alors que Sacha Guitry est en traitement à Dax. Il est forcé d’y prolonger son séjour, dans l’attente de deux sauf-conduits pour Paris. C’est également cet officier qui dit à Guitry :  Nous arrivons au bon moment, où la culture française décline et où nous venons la sauver . Revenu à Paris, Guitry entend poursuivre ses activités d’auteur, d’acteur et de cinéaste. Il reprend notamment Pasteur, pièce qui glorifie la France en la personne de Louis Pasteur, et qui comporte des répliques telles que « Travaillons mes enfants », « Je dicte : Nos plus cruels ennemis les microbes.

Il joue de son influence pour obtenir la libération de personnalités juives notamment celle de l’écrivain Tristan Bernard et de son épouse. Les relations que Sacha Guitry entretient avec l’Occupant lui valent d’être sollicité pour des cas désespérés. Geneviève Guitry, son épouse durant cette période, écrit  Ce fut alors une période de manœuvres qu’il pensait habiles et qui nous effrayaient, car Sacha ne comprenait rien à la politique. Il avait un fond d’ingénuité, une confiance quelquefois excessive, qui l’amenaient à porter des jugements téméraires sur les gens qui gravitaient autour de lui.

Philippe Arnaud estime que  Guitry, on le sait, s’est trompé sur Pétain, et sur la nature de la Seconde Guerre mondiale. La Libération de Paris est pour la foule un moment de liesse et de déchaînement de haine à la fois, pour certains une occasion de mêler démonstration de zèle patriotique et  règlements de comptes  personnels. Ne sachant que lui reprocher, le juge fait paraître dans les journaux, à deux reprises, des annonces demandant qu’on lui communique les accusations contre Guitry. Le 10 novembre 1945, il est cité en Chambre Civique sous l’inculpation possible de l’indignité nationale mais obtient le 8 août 1947 un non-lieu tardif.

Il tirera, à sa manière, une leçon de l’épisode en déclarant  La Libération ? 1940 à août 1944 et 60 jours de prison pour les deux mois pénibles et humiliants qui suivirent. Pour Guitry, les années 1950 vont être une synthèse des deux décennies écoulées. Il rédige le scénario d’Adhémar ou le Jouet de la fatalité mais, malade, il en confie la réalisation à Fernandel, qui a déjà réalisé un film. Ses amis le soutiennent et la reconnaissance vient avec la commande de grosses productions historiques : Si Versailles m’était conté, Napoléon, Si Paris nous était conté.

24 juillet 1957 en son hôtel particulier du 18 avenue Élisée-Reclus. Vous pouvez aider en ajoutant des références ou en supprimant le contenu inédit. Guitry incarné par Denis Podalydès à la Cinémathèque en décembre 2007. Sacha Guitry tient le rôle principal de presque tous ses films. Guitry sait aussi détecter les nouveaux talents : Jacqueline Delubac, Louis de Funès, Darry Cowl, Michel Serrault, entre autres, ont été lancés par Guitry. Tout au long de son œuvre, Guitry se fait le chantre du comédien, de son père en particulier. Sacha Guitry, à droite, en compagnie d’Albert Willemetz.

This entry was posted in Cuisine et Vins. Bookmark the permalink.