15 Bagatelles, pour Saxophone PDF

La Monte Young est né dans une cabane en rondins à Bern, dans l’Idaho, dans une petite communauté mormone. Ses parents sont très pauvres, son père est berger. Il joue du jazz dans des orchestres à l’école, et son oncle lui fait découvrir le swing. Il y suit des 15 Bagatelles, pour Saxophone PDF de contrepoint et de composition avec Leonard Stein.


Elle est construite essentiellement sur de longues notes tenues, parfois de plusieurs minutes, de longs silences, et une économie de moyens extrême. 1959, Young participe à une école d’été à Darmstadt par Karlheinz Stockhausen, pour lequel il a une grande admiration. La découverte de la musique de John Cage à Darmstadt influence très nettement les compositions de La Monte Young à partir de 1959, et oriente son travail vers l’art conceptuel. Vers l’automne 1960, Young déménage à New York avec sa compagne, la poétesse Diane Wakoski, afin d’étudier la musique électronique avec John Cage et Richard Maxfield. George Maciunas, ou Nam June Paik, qui interprète certaines de ses pièces. Dès l’été 1961, La Monte Young revient à une conception plus traditionnelle de la musique et recentre son travail sur l’improvisation. Ce groupe de musiciens forme ce qui s’appellera en 1965 le Theatre of Eternal Music, permet à Young d’interpréter ses compositions et expérimentations sonores.

Young avec les bourdons et la musique modale le mènent à s’intéresser à aux gammes naturelles. En 1966, le Theatre of Eternal Music se dissout, et Young se produit désormais seul ou en duo avec Marian Zazeela. Ils installent des Dream Houses, installations sonores et lumineuses permanentes bâties à partir de lumières colorées et mouvantes créées par Zazeela, dans des musées et des galeries d’art. La première influence musicale de La Monte Young remonte au début de son enfance à Bern. Le jazz est une de ses principales influences. Lee Konitz et Warne Marsh, puis plus tard par John Coltrane au saxophone sopranino.

La Monte Young découvre la musique indienne dès 1957 sur le campus de l’UCLA. La Monte Young découvre la musique classique assez tard, grâce à ses professeurs à l’université. Mais c’est surtout le sérialisme, avec Arnold Schönberg et Anton Webern, qui représente une influence sur ses compositions. Une influence extra-musicale importante chez la Monte Young est la prise de divers produits hallucinogènes, en tant qu’outil créatif et d’extension de la perception et de la conscience.

Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Five Small Pieces for String Quartet, On Remembering A Naiad, 1. Poem for Chairs, Tables, Benches, etc. Each realization is a separately titled and independent composition.

This entry was posted in Bandes dessinées. Bookmark the permalink.