Adhésion et adhérence PDF

L’ajout d’un adhésif sur un support est à adhésion et adhérence PDF de l’adhérence, voir aussi l’article sur l’adhésion. Un point adhérent à un ensemble. L’adhérence cellulaire, aussi appelée adhésion cellulaire, est l’ensemble des mécanismes qui font s’adhérer les cellules, entre elles ou à leur milieu. Le wikilivre de tribologie, science et technique du frottement, de l’usure et de la lubrification.


L’objectif du livre est de fournir les éléments fondamentaux des phénomènes d’adhésion et d’adhérence, on présente d’abord quelques rappels sur les propriétés des surfaces des solides puis est abordée l’adhésion, c’est-à-dire les phénomènes physico-chimiques qui sont responsables de la formation et de la cohésion des interfaces entre deux corps. On analyse ensuite l’adhérence, à savoir les paramètres qui conditionnent la tenue des interfaces en présence de sollicitations mécaniques. Sont enfin traitées les relations qui lient les phénomènes d’adhésion à la tenue mécanique des joints, soit dans un environnement tel que les matériaux n’évoluent pas, soit en présence de phénomènes de vieillissement induits par l’humidité ou divers autres agents chimiques. Cet ouvrage s’adresse aux étudiants, ingénieurs, techniciens et chercheurs qui désirent aborder les problèmes d’adhésion et d’adhérence des ensembles collés, des matériaux revêtus de films minces ou traités superficiellement et ceux des multimatériaux. L’ouvrage présente de nombreux exemples didactiques, en rapport avec des applications industrielles.

Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 26 novembre 2018 à 11:30. En physique et en mécanique, l’adhésion est l’ensemble des phénomènes physico-chimiques qui se produisent lorsque l’on met en contact intime deux matériaux, dans le but de créer une résistance mécanique à la séparation. L’adhésion directe entre matériaux est rare.

Elle est donc souvent impossible si les surfaces sont rugueuses. Exemples d’adhésion directe : adhésion moléculaire du mica ou du silicium, adhésion du lézard gecko, fabrication des pneus de voitures. L’adhésion avec un matériau intercalaire est, de loin, plus fréquente que l’adhésion directe : un matériau mince assure le lien mécanique entre les deux matériaux qui adhèrent. Le matériau intercalaire permet notamment de vaincre l’effet néfaste de la rugosité sur l’adhésion. La présence d’un peu de liquide entre deux corps permet une faible adhésion, appelée adhésion capillaire. Le principe de l’adhésion capillaire est que la pression dans le liquide est inférieure à la pression atmosphérique : le bilan des forces correspond alors à une attraction. L’adhésion capillaire résiste à la séparation mais pas au glissement, et son intensité dépend de la viscosité du liquide.

La stratégie artificielle la plus courante d’assemblage de deux matériaux par leur surface utilise une colle ou un adhésif. Les colles sont caractérisées par le fait qu’elles se solidifient après application, tandis que les adhésifs sont des matériaux solides mous, et n’évoluent pas une fois appliqués. L’intérêt principal de l’adhésion est de générer une résistance à la rupture. Toute la question est donc de savoir par quels mécanismes et avec quelle efficacité un joint adhésif résiste à la rupture, quel que soit le type de sollicitation subie. On distingue un certain nombre de tests classiques qui permettent de propager artificiellement une rupture dans un matériau pour mesurer sa résistance.

La région qui est à l’origine de l’adhésion est en général beaucoup plus mince que les deux objets qui adhèrent. Vu de loin, le phénomène de séparation des deux objets apparaît donc comme une fracture et étudié avec les outils correspondants, qui constituent un domaine à part entière : la mécanique de la fracture. En particulier, le critère de décollement de deux objets ne met pas en jeu simplement la contrainte appliquée, mais aussi l’énergie dissipée lors de la propagation du décollement. Une illustration de l’importance de l’énergie est la chute d’un câble dans une mine. La résistance à la rupture de l’adhésion entre deux objets provient de deux composantes, toutes deux nécessaires pour une bonne adhésion.

Ces deux composantes sont : la résistance de l’interface et la résistance du matériau mince. Les mécanismes à l’œuvre dans ce cas sont ceux de l’adhésion directe. Dans le cas de l’adhésion indirecte, le matériau intercalaire doit également résister à la rupture. La résistance initiale provient de la minceur du matériau. Plus généralement, l’origine de la résistance dépend du matériau intercalaire. En ce qui concerne l’adhésion directe, la rupture est nécessairement adhésive. Une rupture cohésive indique que l’interface s’est comportée de manière plus forte que le cœur du matériau adhésif ou de la colle.

Inversement, pour une rupture adhésive, l’interface a été moins résistante. Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 26 février 2017 à 21:17. Sercovam fait partie de SGS, le leader mondial de l’inspection, du contrôle, de l’analyse et de la certification. Unique en Europe, les laboratoires SGS France ont la capacité de tester, au sein de leur laboratoire de photo-vieillissement UV, la résistance à la lumière UV produite par une source lumineuse «arc carbone».

This entry was posted in Calendriers et Agendas. Bookmark the permalink.