Alcoolodependance : les Medicaments du Maintien de l’Abstinence PDF

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. Alcoolodependance : les Medicaments du Maintien de l’Abstinence PDF sevrage peut aussi apparaître lors de la substitution d’un traitement médicamenteux par un autre traitement, que le nouveau traitement relève de la même classe ou d’une classe différente.


Dans cet ouvrage, l’auteur s’intéresse aux traitements médicamenteux de l’alcoolodépendance. Grâce à une large revue d’études et d’essais cliniques (plus de 200 références bibliographiques), le lecteur trouvera ici la vérité sur l’efficacité de nombreux médicaments du maintien de l’abstinence : Disulfirame (Esperal®), Acamprosate (Aotal®), Naltrexone (Revia®), Fluoxétine (Prozac®), Sertraline (Zoloft®), Citalopram (Seropram®), Buspirone (Buspar®), Ondansétron (Zophren®), Topiramate (Epitomax®) et Baclofène (Lioresal®). Ce livre s’adresse tout autant aux personnes alcoolodépendantes souhaitant mieux connaître leurs traitements qu’aux familles confrontées au quotidien à ce problème dévastateur. Les médecins trouveront également ici de quoi les intéresser ; face à des patients qui leur réclament du Baclofène ou du Topiramate, les prescripteurs disposeront grâce à ce document d’informations concrètes sur les médicaments utilisés hors-Amm pour le maintien de l’abstinence.

Cela survient lors de prises substantielles durant une période plus ou moins longue, et dont les doses ingérées dépendent. De plus, les symptômes observés pendant le syndrome de sevrage sont souvent opposés à ceux observés en cas d’intoxication avec la substance. L’intensité du syndrome de sevrage est généralement lié à la durée et au degré d’addiction. Le sevrage tabagique dure de quelques jours à quelques semaines.

Article détaillé : Syndrome de sevrage alcoolique. Ses symptômes les plus aigus surviennent généralement de six à douze heures après la dernière prise d’alcool. Au niveau psychique, il s’accompagne d’anxiété, d’insomnies, de pensées obsédantes autour du produit et d’un état dépressif. La dépendance peut apparaître après un traitement aux benzodiazépines poursuivi plusieurs semaines. Après un délai d’un à dix jours après la dernière prise, le sevrage est acquis, la durée et l’intensité varient en fonction de la molécule concernée.

Les symptômes du sevrage sont une anxiété, de l’irritabilité, des troubles du sommeil, des douleurs diffuses, des troubles sensoriels et digestifs. La tension artérielle peut subir une hypotension orthostatique. La raison n’est pas encore claire. Le syndrome prolongé de sevrage aux benzodiazépines est un état iatrogène. Article détaillé : Syndrome de discontinuation associé aux antidépresseurs.

This entry was posted in Actu, Politique et Société. Bookmark the permalink.