Allemagne, Benelux, Autriche, République tchèque : 1/1 000 000 PDF

L’Europe centrale et allemagne, Benelux, Autriche, République tchèque : 1/1 000 000 PDF contours flous. L’Europe centrale est la région s’étendant au cœur du continent européen.


Elle désigne un espace dont les contours flous et variables ne coïncident pas toujours avec les frontières des pays concernés. Au-delà de considérations strictement géographiques, l’Europe centrale désigne un ensemble partageant une trajectoire historique commune, laquelle a façonné un héritage culturel et politique singulier. L’Europe centrale se caractérise, comme tout concept territorial, autant par ses particularités intrinsèques que par opposition à d’autres territoires. Bien que sous l’influence des peuples de langue allemande, elle se caractérise également par une grande diversité linguistique et culturelle. La période d’influence soviétique voit ensuite se creuser un fossé entre les peuples centreuropéens et ceux d’Europe occidentale que la fin de la guerre froide puis l’intégration européenne comble peu à peu. Plus qu’une entité physique, l’Europe centrale est un concept géographique et culturel, une histoire partagée qui contraste avec celle des régions voisines. L’enjeu de nommer et définir cette Europe centrale est source de controverses.

Souvent, la définition dépend de la nationalité et de la perspective historique de son auteur. Le concept même d’Europe centrale a perdu de sa pertinence lors de la disparition des Empires centraux à partir de 1918 puis au cours de la guerre froide. Cependant, l’intégration de ces pays auparavant sous influence soviétique au sein de l’Union européenne permet de raviver et d’actualiser cette ancienne notion d’Europe centrale. Carte : l’immense majorité de l’Europe est continentale, le nord-ouest océanique et le sud méditerranéen. Quelle que soit la définition retenue, elle ne présente pas un ensemble géographiquement homogène — à la différence des Balkans voisins.

La majeure partie de l’Europe centrale connait un climat continental : les hivers y sont froids et secs, les étés chauds et humides et l’amplitude thermique y est relativement importante. Néanmoins, le nord-ouest de l’Europe centrale connait un climat océanique — hivers doux et humides, étés tièdes et faible amplitude thermique — et les rives de l’Adriatique et l’Italie du Nord-Est possèdent un climat méditerranéen — hivers doux, étés secs, pluies peu abondantes mais violentes. Carte topographique, du nord au sud : grande plaine, montagnes et plateaux, plaine enserrée dans plusieurs massifs. Au nord, la grande plaine européenne traverse la partie septentrionale de l’Allemagne, la Pologne et les pays Baltes. D’origine hercynienne, il s’agit d’un grand plateau granitique et gneissique encadré par plusieurs chaînes montagneuses.

Cette région est un couloir sédimentaire menant de la vallée de l’Oder à celle de la Morava et à l’intersection desquelles se trouvent la porte de Moravie. Au sud-est des pays tchèques, le bassin pannonien s’étend autour de la plaine de Pannonie, vaste bassin sédimentaire issu de l’assèchement de la mer de Pannonie du Pliocène. La Transylvanie est une cuvette d’effondrement tertiaire enclavée à l’est et au sud par les Carpates. Allemands et Hongrois qui colonisent la région plusieurs siècles durant. Les Carpates forment le principal système montagneux d’Europe centrale. Elles enserrent sur près de 1 500 km la plaine pannonienne, formant un arc de cercle ouest-est sur les territoires de la Slovaquie, de la Pologne, de l’Ukraine et de la Roumanie.

Le Danube est le plus long fleuve d’Europe centrale. D’une longueur de 2 850 km, il prend sa source en Allemagne, dans la Forêt-Noire, et s’achève par un delta sur la mer Noire, en Roumanie. L’Elbe est le plus important fleuve d’Europe centrale, s’écoulant en direction du nord via la grande plaine germano-polonaise. D’une longueur de 1 165 km, il prend sa source dans les monts des Géants, dans l’est de la République tchèque. La Vistule quant à elle s’écoule sur près de 1 068 km à travers la Pologne. L’influence du pôle occidental, tant germanique que pontifical, se fait ressentir au niveau religieux puisque ces peuples ont développé historiquement un christianisme de rite romain. Carte de l’Europe orientale montrant une multitude de couleurs, donc de langues.

Carte linguistique de l’Europe centrale en 1898. La question linguistique est l’une des composantes essentielles de l’Europe centrale. Historiquement, l’époque de la Renaissance voit émerger de nombreuses langues communes et vulgaires, dans des territoires plus ou moins définis, à la suite de la grammatisation systématique de langues vernaculaires. Certaines langues sont fixées à la même époque qu’en Europe occidentale mais ne seront relayées politiquement que beaucoup plus tard : il en va ainsi du tchèque, du polonais, du lituanien ou du hongrois. Si la diversité linguistique trahit la diversité ethnoculturelle, l’importante minorité juive tient une place particulièrement essentielle dans l’histoire et l’imaginaire de la région. Allemagne en 1873 — malgré l’émancipation de 628 000 Juifs hongrois en 1867. Les mouvements de renaissance nationale ne sont pas étrangers à ce renouveau antisémite, que ce soit en Roumanie, Hongrie ou Pologne.

This entry was posted in Science-Fiction. Bookmark the permalink.