Bêtes de science PDF

Avez-vous entendu ce type de constat ? J’ai entendu parler d’un appareil à bain à bêtes de science PDF, désinfectant, pulvérisé, pour désinfecter les couteaux.


Observés, élevés, cultivés, comptés, mesurés, croisés, testés, disséqués, recombinés, sequencés, ils ont donné leur corps à la science. Pour la science, la mouche a changé la couleur de ses yeux, le carpaud a mis des caleçons, l’escargot de mer a exhibé ses neurones, le ver a offert sa transparence, la souris a mis ses gènes aux enchères, le rat a parcouru des labyrinthes, le poulet a chanté comme une caille, le poisson-zèbre a reformé sa nageoire et les planaires se sont coupées en quatre. Ces animaux ont  » fait  » la science. Car ils n’ont pas seulement donné leur corps, ils ont aussi et surtout fourni généreusement méthodes, concepts et problèmes aux hommes et femmes de science qui les interrogent, les obligeant sans cesse à reformuler leur questionnement. A la fois acteurs et partenaires d’une ambitieuse entreprise collective, ils ont été partie prenante à l’édification des connaissances sur le vivant. Si, dés leur entrée dans le laboratoire, ces organismes sont profondément modifiés, ils remodèlent en retour les scientifiques qui les étudient. Chacun transforme l’autre : cherchez l’animal, vous trouverez le chercheur !

En effet, j’ai très souvent entendu les professionnels se plaindre du fait que l’eau chaude abîme le fil des couteaux. Est ce un a priori ? Toujours est il que cela revient à chaque formation hygiène. C est une température absolument sans danger pour les spores, ce qui peut provoque non pas une multiplication, mais une accumulation, en cas de mauvais renouvellement d’eau – ce que j’ai déjà vu plusieurs fois. Ainsi, à T0, l’eau est propre, un couteau passe, elle se charge un peu, puis au fil des utiulisations de plus en plus, etc et peut donc être source de recontamination par des sporulés.

D’autant plus si le couteau est sale ou gras. C me semble une méthode peu appropriée. Un dégraissage et une désinfection avec un produit adapté suffit dans la majorité des cas, sans oublier le rinçage ! Des lingettes efficaces existent dans le commerce aussi, qui remplissent ces deux fonctions à condition d’avoir essuyé préalablement le couteau.

This entry was posted in Fantasy et Terreur. Bookmark the permalink.