Beat generation : New-York, San Francisco, Paris | album de l’exposition | français/anglais PDF

2 août 1997, est un romancier beat generation : New-York, San Francisco, Paris | album de l’exposition | français/anglais PDF artiste américain. Beat Generation et à ses figures emblématiques : ses amis Jack Kerouac et Allen Ginsberg. Il a élaboré le cut-up, technique littéraire consistant à créer un texte à partir d’autres fragments textuels d’origines diverses.


Mouvement d’inspiration littéraire et artistique né aux États-Unis, dans les années 1950, à l’initiative de William Burroughs, Allen Ginsberg et Jack Kerouac qui se rencontrent à New York, à Columbia University en 1944, la Beat Generation a profondément influencé la création contemporaine.

Le Centre Pompidou accueille une grande rétrospective consacrée à la Beat Generation. L’album de l’exposition retrace en images le parcours de cette exposition passionnante avec une sélection des oeuvres majeures éclairées de courts textes.
Un ouvrage à destination du grand public, clair et concis.

Version bilingue français / anglais.

William Seward Burroughs naît dans une famille bourgeoise. Guillaume Tell, qui fendit d’une flèche la pomme posée sur la tête de son fils. Burroughs est inculpé pour homicide involontaire. Il est arrêté et passe un court séjour en prison avant d’être relâché. Paris, où il accumule des masses de fragments de pages manuscrites.

Avec l’aide de Ginsberg et Kerouac, il fait éditer Le Festin nu par Olympia Press. Burroughs part pour Londres en 1960, où il publie de nombreux petits textes dans des magazines underground, travaillant dans le même temps sur un projet qui est publié en trois parties : Les Garçons sauvages, Les cités de la nuit écarlate et Havre Des Saints. Dans les années 1990, Burroughs a attiré de nombreux symboles de la culture pop. Un des Cahiers de l’Herne lui fut consacré par Dominique de Roux, qui avait été son premier éditeur chez Christian Bourgois. Burroughs a consacré les quinze dernières années de sa vie à la peinture et aux arts visuels.

1963 ils produisirent ensemble un grand nombre de collages. En 1978, ils réalisent également l’ouvrage The Third Mind, qui utilise la forme du cut-up pour élaborer un ensemble de courtes histoires. Du collage plastique au cut-up littéraire il n’y a qu’un pas, les fragments originaux de ce livre en témoignent : Gysin et Burroughs mélangent morceaux de textes et images afin de leur conférer un sens nouveau. En 1982, il se retire et s’installe au Kansas pour mettre en œuvre de nombreuses expérimentations plastiques. Il y revient ensuite sur ces pièces avec des pochoirs et de la peinture fluo, des collages et des dessins à l’encre. Burroughs réalisait tout ce qui se trouvait dans ses romans, mais sur des toiles, exposées dans des galeries d’art.

En 1982, Burroughs s’est retiré loin de tout, au Kansas. Grâce à la fidèle et efficace amitié de James Grauerholz, il put enfin poser bagages, s’occuper de ses chats, regarder par la fenêtre de sa chambre les frémissements des feuilles et des arbres et surtout peindre et dessiner, avec ou sans fusils de chasse, autant qu’il le voulait. Cette série appelée folders est très souvent recto-verso. Burroughs a exposé de son vivant dans de nombreuses galeries, son œuvre a également fait l’objet d’une rétrospective au LACMA, Musée d’art de comté de Los Angeles en 1996, puis au ZKM de Karlsruhe en 2012.

This entry was posted in Sciences humaines. Bookmark the permalink.