Berthe Morisot (essai français) PDF

Dominique Bona – Comédie du Livre 2010 – P1390483. Elle est lauréate du Prix Interallié 1992 et du Prix Renaudot 1998. Elle fut assistante à France Culture et à France Inter de 1976 à 1980, journaliste et critique littéraire au Quotidien de Paris de 1980 à 1985, puis au Figaro littéraire de 1985 à 2004. Dans ses berthe Morisot (essai français) PDF, la condition féminine occupe une place centrale.


Cette jeune femme en noir, au bouquet de violettes, aux yeux profonds, que peint Manet dans les années 1870, c’est Berthe Morisot. Elle garde sur son visage altier comme un secret. Un modèle parmi d’autres ? Non : la seule femme du groupe des Impressionnistes. Berthe Morisot, née dans la province française en 1841, fille de préfet, peint et expose parmi ce clan d’hommes, ceux qui sont encore des réprouvés sans public, des réfractaires à l’art officiel : Manet, Degas, Monet, Renoir. Ardente mais ténébreuse, douce mais passionnée, aimant la vie de famille mais modèle et amie – et qui sait ? peut-être davantage – d’Édouard Manet dont elle épouse le frère : il y a une énigme dans les silences et les ombres de Berthe Morisot.
Dominique Bona, puisant aux archives inédites, fait tournoyer la fresque de l’Impressionnisme : de Giverny aux plages normandes, de Mallarmé rédigeant des billets doux pour Méry Laurent ou Nina de Callias aux lavandières qui posent pour Renoir, de la sanglante Commune de Paris au règne de la bourgeoisie corsetée, des salles du Louvre aux ateliers de la Bohème.
Dominique Bona peint ici le portrait subtil d’une artiste qui inventa sa liberté.

Dominique Bona est à la fois romancière et biographe. Elle est l’auteur des Yeux noirs, d’un Stefan Zweig, et chez Grasset du Manuscrit de Port-Ébène (Prix Renaudot, 1998).

J’appartiens à la génération de celles et ceux qui ont toujours connu la mixité dans cette Académie. Et je suis frappé de constater combien il paraît désormais absolument naturel que les femmes y soient présentes. Il est presque inconcevable d’imaginer qu’on ait pu débattre ici d’une telle question et surtout qu’on y ait si longtemps répondu par la négative. Romain Gary, Mercure de France, 1987 – Grand Prix de la biographie de l’Académie française.

Prix Interallié en 1992 pour Malika. Prix Méditerranée en 1994 pour Gala. Prix Renaudot en 1998 pour Le Manuscrit de Port-Ébène. Véronique Richebois,  Pierre Conte , sur lesechos.

This entry was posted in Actu, Politique et Société. Bookmark the permalink.