Bouddhisme Vajrayana: Bouddhisme, Mahayana, Shivaïsme, Bouddhisme tibétain, Bouddhisme au Japon, Shingon, Tantrisme PDF

En pratique : Quelles sources sont attendues ? Il contient des éléments semblables à l’hindouisme et en particulier au shivaïsme cachemirien. Au Tibet, le vajrayāna et bouddhisme Vajrayana: Bouddhisme, Mahayana, Shivaïsme, Bouddhisme tibétain, Bouddhisme au Japon, Shingon, Tantrisme PDF bön, religion locale, se sont eux aussi influencés réciproquement.


Ce contenu est une compilation d’articles de l’encyclopédie libre Wikipedia. Le vajrayāna est une forme de bouddhisme, nommée aussi bouddhisme tantrique, dont la compréhension nécessite celles du mahāyāna et du bouddhisme originel. Il contient des éléments qui l »apparentent à l »hindouisme et particulièrement au shivaïsme cachemirien. Au Tibet, le vajrayāna et le bön, religion locale, se sont eux aussi influencés réciproquement.

Elle est décrite par ses pratiquants comme l’indestructible et brillant comme l’ultime réalité, ou de  foudre , destructrice de l’ignorance, et voie d’une rapidité fulgurante. Il est apparu en parallèle avec l’hindouisme tantrique. Est et à l’est de l’Inde, particulièrement dans les états d’Orissa et du Bihar. D’origine différente, le Bön est presque à tous égards un vajrayāna, mais non-bouddhiste. Selon les Tibétains, le vajrayāna a été enseigné par le Bouddha Shākyamuni qui a donné trois types d’instructions spirituelles visant à libérer les êtres sensibles de la souffrance et à les conduire à la plus haute perfection de l’esprit : L’Éveil. L’Enseignement du  Premier Tour de la Roue du Dharma , les  Quatre Nobles Vérités , donné au Parc des Daims à Sārnāth, constitue le cœur du Hīnayāna.

Un vajra rituel, symbole polymorphe, notamment de l’habilité, l’inventivité et l’inflexibilité dans la mise en œuvre du dessein du bodhisattva. Dans le Mahāyāna, les pratiquants, en plus du vœu de la libération individuelle, font celui d’aider autrui sur le chemin de l’Éveil. C’est le vœu de bodhicitta, l’Esprit d’Éveil. Tandis que les véhicules des sûtras prônent le renoncement aux émotions perturbatrices pour maîtriser l’esprit et parvenir à l’Éveil, le véhicule des tantras préconise l’utilisation du potentiel de ces émotions. Si l’on reconnaît qu’en leur nature profonde les agrégats du  moi , les émotions sont des qualités de la Nature de Bouddha, il est possible de les purifier ou de les transformer en sagesse par divers  moyens habiles . L’aspirant au Vajrayāna doit choisir avec discernement un maître qualifié à qui il peut accorder toute sa confiance. Celui-ci lui accorde la transmission de pouvoir, ou wang, et les instructions qui lui permettront de pratiquer un sâdhana, ou  moyen d’accomplissement .

This entry was posted in Fantasy et Terreur. Bookmark the permalink.