Bushidô : le code du samouraï PDF

Si ce bandeau n’est plus pertinent, retirez-le. En pratique : Quelles sources sont attendues ? Shōtoku, Minamoto bushidô : le code du samouraï PDF Yorimitsu et Hachiman Tarō Minamoto no Yoshiie.


Le bouddhisme fait de l’interdiction de tuer des êtres vivants l’un de ses grands principes ». Les différentes éditions du Dit des Heiké apportent un éclairage sur la notion de voie. Parmi les classes existaient les bushi, sous-officiers et officiers inférieurs, et les buke, officiers supérieurs appartenant à la noblesse. Les samouraïs font partie de la catégorie des buke, et leur code est le buke-shô-hatto. Mencius fut également une grande source d’inspiration pour le bushido.

Notons que le bushido n’est pas le premier  code de chevalerie  du Japon médiéval. Toutefois, si certains confondent les deux, d’autres font l’erreur de commettre la démarche inverse ! En effet, le bushido se trouve dans la continuité de kyuba-no-michi, il s’est structuré au fil des siècles, de même que le stoïcisme de Sénèque était nécessairement différent de celui de Zénon. Ainsi, à l’époque de la guerre de Genpei et du bakufu Minamoto, on parlait de  Voie de l’Arc et du Cheval , simplement parce que c’était la façon traditionnelle de combattre des samouraïs. Toutefois, la guerre au Japon évolua progressivement. Si déjà à l’époque de Yoshiie, des sièges existaient, le combat en mêlée prit de plus en plus d’importance en même temps que l’on augmentait le nombre de soldats ou que déclinait l’importance de l’arc. Dès l’époque Kamakura, l’importance du sabre, puis celle de la lance s’affirmèrent.

Ceux qui n’étaient pas devenus rōnin travaillèrent dans des châteaux ou en milieu urbain. Les goshi, les samouraïs campagnards et soldat-paysans, étaient la norme avant la réforme de Oda Nobunaga, qui força ses samouraïs à vivre en ville afin de les mobiliser plus rapidement et plus facilement pour des expéditions militaires. Par la suite, cette façon de faire s’étendit à tout le pays et les Tokugawa firent du Japon une culture urbaine et sophistiquée. Les arts martiaux étaient devenus en grande partie inutile. Si on remonte plus loin encore, on trouve une abondance de héros et de guerriers légendaires, généraux ou simples samouraïs.

This entry was posted in Romans policiers et polars. Bookmark the permalink.