Caspien (Cheval) PDF

Cheval de Heck, reconstitution d’un Tarpan en Allemagne, que l’on croit phénotypiquement proche de l’ancêtre du cheval domestique. Jusqu’aux années 2000, l’origine du cheval domestique caspien (Cheval) PDF étudiée par synapomorphie, en comparant des fossiles et squelettes. Les progrès de la génétique permettent désormais une autre approche, le nombre de gènes entre les différentes espèces d’équidés étant variable.


Les hommes de la culture Botaï ont vraisemblablement domestiqué des chevaux pour l’équitation de chasse et la traite des juments pour leur lait. Les chevaux sont gardés comme  réserves de viande . Les peintures pariétales de la grotte Chauvet donnent de précieuses indications sur le type de cheval sauvage que chassaient et côtoyaient les hommes préhistoriques. Articles connexes : Histoire évolutive des équidés et Cheval sauvage. Le cheval connaît une longue évolution, qui le voit s’adapter aux terrains de type steppe et aux prairies. Article connexe : Génomique de la domestication. Une analyse plus détaillée des chevaux vrais les regroupe en deux clades majeurs.

L’un de ces clades, qui semble limité à l’Amérique du Nord, est maintenant éteint. Tous les équidés ayant disparu du continent américain, la question se pose des raisons qui lui ont épargné ce sort sur le continent eurasien. Une opinion populaire tend à la placer dans un foyer unique des steppes d’Asie centrale il y a 10 000 ans. Les chevaux sauvages de l’ère glaciaire, très abondants grâce à la présence de vastes prairies dégagées, sont chassés en Europe, dans les steppes eurasiennes et en Amérique du Nord par les premiers humains modernes. Ils sont ensuite consommés, comme source de protéines. Quoi qu’il en soit, les chevaux revêtent déjà probablement une  fonction métaphysique ou symbolique , André Leroi-Gourhan évoquant une possible expression de dualisme sexuel, le cheval étant vu comme un animal masculin car il est vif et rapide. Poneys Konik en liberté, vraisemblablement proches des chevaux côtoyés par les hommes préhistoriques européens.

Les peuples traditionnels du type chasseurs-cueilleurs ont systématiquement apprivoisé des animaux issus d’espèces sauvages, généralement en élevant un bébé animal dont les parents ont été tués. Ces animaux ne sont pas nécessairement  domestiqués . Un différend existe parmi les spécialistes au sujet de la définition de la domestication, une théorie suggérant qu’elle doit inclure des changements physiologiques associés à un élevage sélectif en captivité, et pas seulement un  apprivoisement . Troupeau de Sorraia, race portugaise dont le type primitif est également proche des premiers chevaux domestiques. Les raisons de la domestication du cheval sont mal définies. L’alimentation est longtemps citée comme le principal, sinon l’unique motif.

Les chevaux ont peut-être été considérés comme  du gibier noble , à moins que la consommation de leur viande ait revêtu une signification rituelle, celle d’une transmission des vertus de l’animal à qui en consomme, en lien avec le chamanisme. L’aspect symbolique du cheval permet aussi de fournir une piste de réponse aux raisons de sa domestication. Les bœufs, domestiqués avant lui, sont alors au centre de cultes et de symbolismes. La violence et la puissance dont ces animaux peuvent faire preuve avant d’être parfaitement domestiqués inquiète. Certains poulains ont pu être gardés comme des animaux domestiques, tandis que les chevaux adultes auraient été abattus pour leur viande. Les poulains sont relativement petits et faciles à manipuler.

This entry was posted in Sciences humaines. Bookmark the permalink.