Chrétiens contre la guerre d’Algérie (Les) PDF

Il s’agit de la traduction d’un manuscrit arabe : Roudh el-Kartas, le Jardin des feuillets, écrit à la cour de Fès, en 1326, sur les livres et les documents les plus authentiques de l’époque, par l’imam Abou Mohammed Salah ben Abd el-Halim, de Grenade. Chrétiens contre la guerre d’Algérie (Les) PDF livre nous éclaire sur Cinq siècles et demi de l’histoire d’Occident, durant lesquels cinq dynasties et quarante-huit émirs se sont succédés sur le trône de Fès et de Maroc. Publié sous les auspices du ministère des affaires étrangères en 1860. Description : 26 pages, 149 ko.


André Mandouze et Robert Barrat, Louis Massignon et Henri Marrou, Anne-Marie Chaulet, Francine Rapiné et Élia Perroy, les abbés Boudouresques et Robert Davezies, Scotto et Berenguer : qui se souvient du rôle de ces catholiques, et de tant d’autres militants plus obscurs, contre la guerre d’Algérie, contre la colonisation et la torture ? La prise de conscience de certains fut très précoce : des textes publiés dès novembre 1954 en témoignent. D’autres élevèrent la voix contre la torture au moment où la gauche française, avec le gouvernement du socialiste Guy Mollet, donnait les pouvoirs spéciaux à l’armée pour conduire la guerre en Algérie, par tous les moyens.Les témoignages des jeunes militants d’Action catholique, des séminaristes et des jeunes prêtres, « appelés » ou « rappelés » en Algérie, sur les exactions devenues systématiques contre la population musulmane autant que les combattants du FLN, suscita une protestation morale et un malaise dans l’opinion française dont on ne saurait sous-estimer les conséquences à moyen terme. Il fallait en finir avec cette guerre. Certains, laïcs et prêtres, s’engagèrent même plus loin, en France comme en Algérie, en faveur des musulmans pourchassés par la police. Qu’on ne s’illusionne pas : la grande masse des catholiques fut divisée comme le reste de l’opinion et, hors les grandes voix du cardinal Liénart, Prélat de la Mission de France, et de Mgr Duval, à Alger, les autres évêques, divisés eux aussi, ne firent guère preuve de courage pour donner des consignes claires à leurs fidèles. Cet ouvrage n’est pas une histoire des chrétiens dans la guerre d’Algérie. On a voulu faire entendre la voix de ceux qui s’engagèrent, en donnant à lire des textes aujourd’hui peu accessibles, et même quelques inédits.

Titre : Préparatifs pour surprendre Alger. 1601, Philippe III dirigea contre Alger une flotte de soixante-dix galères et une armée de plus de dix mille hommes, sous le commandement du prince Andrettino Doria. On verra par la lecture de la lettre de Conestaggio combien il eût été facile de réussir, et à quels événements divers on doit attribuer l’insuccès de cette grande entreprise. DE GRAMMONT, semble être resté inconnu jusqu’à cette publication de 1882. Alger avant cette date, mais il permet en outre de se rendre compte des véritables motifs de la petite attaque faite sur Mers-el-Fhâm, deux ans après, par le vice-roi de Minorque. La traduction de ce manuscrit arabe de 1681, assurée par MM.

PELLISSIER ET RÉMUSAT, fut publiée en 1845 par ordre du gouvernement et avec le concours d’une commission académique des sciences historiques et géographiques. Le but principal d’El-K’aïrouâni a été d’écrire l’histoire du royaume de Tunis, c’est-à-dire de l’Afrique proprement dite, en prenant ce mot dans le sens restreint que lui donnaient les anciens. Description : 362 pages, 719 ko. Titre : Histoire du Royaume d’Alger. Auteur : Jacques Philippe LAUGIER DE TASSY.

This entry was posted in Actu, Politique et Société. Bookmark the permalink.