Chroniques d’un ailleurs pas si lointain – Réflexions d’un humanitaire engagé PDF

Après presque huit ans de guerre, la Syrie traverse une phase dramatique. La nature du conflit s’est transformée et le rôle des acteurs locaux a chroniques d’un ailleurs pas si lointain – Réflexions d’un humanitaire engagé PDF considérablement réduit par rapport au rôle croissant joué par les acteurs internationaux, tant étatiques que non-étatiques. Plusieurs centres de recherches ont publié des travaux plaidant pour une décentralisation qui permettrait une gouvernance politique plus juste et mieux équilibrée.


Hervé Cheuzeville a sillonné l’Afrique au cours de nombreuses missions humanitaires. S’il a apprécié les beautés du Malawi et du Lesotho, il a été aussi le témoin d’épisodes dramatiques en République démocratique du Congo, en Ouganda, au Rwanda et au Sud-Soudan. Égrenées au fil du temps, de 2007 à 2009, ces chroniques analysent des évènements tantôt mis en lumière par une actualité brûlante, tantôt passés inaperçus : les difficultés de Malte face à l immigration clandestine, l’oppression de la Chine au Xinjiang et au Tibet, la difficile recherche de la paix au Moyen Orient, en Somalie, au Soudan ou au Sahara Occidental… Elles soulignent aussi les efforts accomplis par certains pays pour lutter contre des fléaux tels que les famines récurrentes, le SIDA ou les luttes intestines qui ne sont pas toujours des fatalités ! Passionné d’histoire, l’auteur révèle la genèse des conflits qui perdurent de nos jours. Il rappelle en outre des figures oubliées : John Chilembwe, le père Siméon Lourdel, le commandant Marchand, et bien d autres. Dictées par l’actualité, des rencontres enrichissantes ou des événements inattendus, ces chroniques invitent à mieux comprendre le monde actuel.

Carnegie, en mars 2017, sur le potentiel des Conseils locaux et sur les chances d’une paix décentralisée. En premier lieu, les auteurs de cette étude clarifient les concepts et répertorient les formes de décentralisation appliquées dans les pays sortant d’un conflit. Ils soulignent l’importance de convenir d’une forme de gouvernance et de partage du pouvoir, facteurs déterminants dans le maintien de l’unité territoriale afin d’amener les négociations à tenir compte de façon pertinente de la réalité d’après-conflit. Alawak présente ensuite les réformes nécessaires du pouvoir judiciaire, telles que la restructuration du Conseil supérieur de la magistrature afin de stopper l’ingérence du pouvoir exécutif, et l’abrogation des lois empiétant sur les droits et libertés publics. Les principes de séparation et de répartition des pouvoirs devraient être appliqués à trois organes indépendants afin de créer un équilibre et une coopération entre eux. Les fonctions sécuritaires ne sont pas les mêmes dans un contexte de guerre et une situation de sortie de conflit.

Le développement local est l’un des facteurs les plus déterminants pour l’adoption et le renforcement de la décentralisation. Pour Mohamed al-Abdullah, chercheur en développement économique, le pays souffre depuis des décennies de l’absence d’un modèle de développement cohérent. Cela a entraîné d’importants déséquilibres qui se manifestent surtout dans les inégalités entre les gouvernorats. La mise en œuvre de la décentralisation financière nécessite également des réformes substantielles de la politique budgétaire.

This entry was posted in Bandes dessinées. Bookmark the permalink.