Claude Gueux PDF

Si ce bandeau n’est plus pertinent, retirez-le. En pratique : Quelles sources sont attendues ? Claude Gueux PDF’histoire est en partie fondée sur des faits de sa connaissance.


Relation allégorique d’un drame individuel, cet ardent réquisitoire contre la peine de mort et contre la prison met à nu le mécanisme de la brutalité sociale qui ne sait répondre à la détresse que par la répression. Avec Claude Gueux, Victor Hugo n’est plus simplement romancier ou poète. Il conquiert une place éminente auprès des plus grands orateurs de la Liberté.

Avec la participation exceptionnelle de robert Badinter, pour la lecture du discours de Victor Hugo pour l’abolition de la peine de mort prononcé le 15 septembre 1848 à l’Assemblée Constituante.

Victor Hugo achève la dernière préface du Dernier Jour d’un condamné en 1832. Quand il lit dans la Gazette des tribunaux du 19 mars 1832, le compte rendu du procès d’un certain Claude Gueux condamné à mort pour meurtre, il y découvre comme un écho de son plaidoyer contre la peine de mort et décide alors d’en faire un roman. Mais pourquoi cet homme a-t-il volé ? Le peuple a faim, le peuple a froid. La misère le pousse au crime ou au vice, selon le sexe. Le texte paraît d’abord le 6 juillet 1834 dans La Revue de Paris puis quelques semaines plus tard chez l’éditeur Évréat, sous la forme d’une plaquette de 23 pages.

Une autre édition paraît en 1835 à Bruxelles, chez E. La structure schématique de la nouvelle repose sur trois parties distinctes. Claude Gueux, profil d’un homme puni, qui a voulu garder sa dignité de père face à son enfant. Le rythme saccadé des phrases et la brutalité des mots participent au cheminement du lecteur sur la voie de la réflexion. En effet, les idées que l’auteur développe sur la peine de mort, dans la troisième partie, prennent appui sur le récit précèdent qui devient alors une illustration des propos avancés. Dans cette seconde partie, Claude se lie d’amitié avec un autre détenu, Albin, qui partage sa maigre ration de nourriture avec lui.

Claude, l’État ne serait-il pas également responsable et de quelle façon ? Véritable plaidoirie que nous propose Victor Hugo, toujours plus investi dans la détresse des opprimés. Un  honnête ouvrier  nommé Claude Gueux y vit avec sa maîtresse et leur enfant. Clairvaux, la nuit au cachot, le jour à l’atelier. Claude fait, peu de temps après le début de son incarcération, la connaissance du directeur. Celui-ci est un homme autoritaire et voue à Claude une hostilité due à la popularité de ce dernier auprès des autres détenus. Claude rencontre également un autre prisonnier, Albin, et une amitié se développe entre eux.

Un jour, le directeur décide de changer Albin de quartier. Claude supporte difficilement la séparation et tente en vain de persuader le directeur de lui rendre Albin. Claude pose un ultimatum : si Albin ne lui est pas rendu, il décide de tuer le directeur. Celui-ci ne cède pas et punit Claude pour menace. Claude réussit à se procurer une hache auprès de ses amis et il prend les ciseaux qui sont le seul souvenir de sa maîtresse. Claude Gueux : En filigrane de ce personnage de la nouvelle de Victor Hugo demeure la véritable histoire d’un homme condamné, lui aussi à la peine de mort pour meurtre.

This entry was posted in Informatique et Internet. Bookmark the permalink.