Communication : regards croisés sur la relation PDF

Le Conseil d’État communication : regards croisés sur la relation PDF 231 membres en activité et 408 agents. Comment sont recrutés les membres ?


Comme l’avait déjà souligné l’École de Palo Alto, la relation est une dimension essentielle de la communication, au point qu’elle en constitue le cadre à partir duquel se formulent les échanges et s’élaborent les contenus. Avec le développement des réseaux sociaux, le recours à des dispositifs médiatiques participatifs ou l’apparition de médias citoyens, la relation constitue aujourd’hui un enjeu d’autant plus fondamental dans le domaine de l’information et de la communication. Sans qu’aucune des présentes contributions ne se réfère directement au concept de relation, il apparait que cette notion en traverse l’ensemble. En effet, ce qui est en question dans les différentes contributions concerne la «mise en rapport» et ses modalités médiatiques au sens large du terme, c’est-à-dire au sens où un média technique ou technologique s’interpose entre les individus et contraint, voire ordonne leurs relations.

Cet ouvrage envisage dès lors une approche plurielle de la notion de relation, c’est-à-dire une approche qui ne lui pose pas la question de son essence, mais, à travers la diversité des recherches, celle de son extension : relation à soi, relation aux autres, rapport à la technologie et aux contenus qu’elle véhicule, relation, enfin, du chercheur à son objet.

Et les agents du Conseil d’État ? Découvrez la justice administrative en France, son organisation et ses métiers. Informations contentieuses et actualités du Conseil d’État. L’ordre public,  nul n’a jamais pu en définir le sens, chacun en vante l’obscurité et tout le monde s’en sert . Cet avertissement du professeur Malaurie est, à n’en pas douter, présent dans nos esprits, alors que nous allons tenter aujourd’hui de le démentir dans le cadre de ce colloque. Nous nous efforcerons en effet d’appréhender cette notion, de mieux la définir et d’en analyser la ou plutôt les fonctions. Mais, sous cette affirmation, le doute affleure, car le maniement du concept d’ordre public révèle rapidement sa polysémie et, à tout le moins, sa dualité.

En effet, deux conceptions émergent qui, si elles se recoupent en certains points, ne se superposent pas complètement. Il appartient à la police administrative de sauvegarder cet ordre, fût-ce en restreignant l’exercice des libertés. Le risque de troubles à l’ordre public, pris dans sa dimension matérielle ou immatérielle, justifie l’édiction de mesures restreignant l’exercice de certains droits ou libertés afin de garantir, dans la sphère publique, la permanence d’un ordre lui-même envisagé comme nécessaire à leur effectivité, et ce y compris lorsqu’il s’agit de protéger les individus contre eux-mêmes. Ces restrictions s’opèrent sous le strict contrôle du juge.

This entry was posted in Calendriers et Agendas. Bookmark the permalink.