CONNAITRE LA CUISINE PROVENCALE (N.ED.) PDF

Daube avignonnaise CONNAITRE LA CUISINE PROVENCALE (N.ED.) PDF et présentée dans son toupin. Au Cellier des Princes de Courthézon, châteauneuf-du-pape, côtes-du-rhône et vin de pays de la Principauté d’Orange. Elle n’en a pas moins évolué au cours des siècles suivants, tout comme la cuisine provençale en particulier, avec l’arrivée des produits comestibles du Nouveau Monde. Comme à Paris, Lyon, Milan, Florence ou Bologne, le rôle gastronomique d’une ville dépend du pouvoir qui y règne.


La cuisine provençale nous invite à des « parties de campagne » gourmandes et ensoleillées, au pays de la lavande, des cigales et du bien-vivre. La cuisine provençale est une cuisine du terroir, à la fois simple et délicate. L’incomparable parfum des aromates relève les plats dont la simple évocation nous transporte: pistou, bouillabaisse, anchoïade, artichauts barigoule, fougasse… Profitons des bienfaits de l’huile d’olive, du goût subtil des poissons de roche, de la saveur des légumes de saison gorgés de soleil et de la douceur des calissons et autres fruits confits.

Lors du banquet qui suit son couronnement, ce pape est le seul à se servir d’une fourchette, ce qui étonne son entourage. Dès qu’il fit entreprendre la construction du palais neuf, Clément VI privilégia la présence du grand tinel, gigantesque salle de réception, et de la tour des cuisines. Le grand tinel se terminait par une immense cheminée, surmontée d’une hotte à huit pans, où pouvait se rôtir un bœuf entier à la broche. L’ordre des mets présentés au cours du repas obéissait à un principe diététique médiéval. Hotte à huit pans de la tour des cuisines. Le Vivier, fresque de la chambre du Cerf. Les blés, vins, huiles et fruits provenaient de la vallée du Rhône et de la Saône.

C’est en 1835 que fut imprimé le premier ouvrage consacré à la cuisine avignonnaise et, de manière plus générale, à la cuisine méridionale. Ce livre de Pierre Chaillot le Jeune était un recueil de plus de 800 recettes d’origines diverses, utilisées par les différentes couches de la société. Une des caractéristiques de cette cuisine a été, pendant des siècles, l’utilisation quasi exclusive de la viande de mouton apprêtée à toutes les sauces. Parmi les variétés de cuisines provençales, la cuisine avignonnaise relève du domaine d’Arles et du Comtat.

Le tian est à l’origine un mets typiquement comtadin. C’est un gratin à base de légumes et d’huile d’olive. Les écrivains anglo-saxons ont découvert récemment le paradoxe français, le plaisir de la table et la joie de vivre en Provence, qui sont devenus le thème d’un courant littéraire apparu aux États-Unis. Sa découverte de la vie provençale est complétée par celle des marchés provençaux dont l’aspect change à chaque saison.

This entry was posted in Science-Fiction. Bookmark the permalink.