Correspondance 1920-1927 T2 PDF

Si ce bandeau n’est plus pertinent, retirez-le. En pratique : Quelles sources sont attendues ? Description de l’image Photo Dominique Rolin. Elle a été membre de l’Correspondance 1920-1927 T2 PDF royale de langue et de littérature françaises de Belgique.


Romain Rolland (1866-1944) et Stefan Zweig (1881-1942) : deux écrivains humanistes, symbole d une « Europe des esprits » humiliée par la Grande Guerre.

Les années 1920 incarnent l espoir d un monde meilleur et consacrent leur fortune littéraire: L Âme enchantée, le cycle du Théâtre de la Révolution, la biographie sur Gandhi pour Romain Rolland ; les essais biographiques Trois Maîtres, Le Combat avec le démon, et La Confusion des sentiments pour Stefan Zweig.

Au-delà de l amitié qui les lie, Rolland et Zweig partagent une même conscience du danger face aux nouvelles idéologies de l Europe d après-guerre où violences et assassinats politiques revêtent déjà un caractère antisémite. Leurs lettres inédites témoignent de cette atmosphère délétère, hantée par les démons du nationalisme, soulignant par contraste l attraction des deux intellectuels pour la révolution russe et les sagesses orientales.

D une richesse inouïe, cette correspondance a commencé en 1910 (le premier volume paru en mars 2014 réunissait les échanges épistolaires 1910-1919). Ce nouveau tome nous entraîne dans l entre-deux-guerres, avec en toile de fond la montée des totalitarismes et l engrenage qui mena l humanité d un conflit à un autre.

Dominique Rolin naît le 22 mai 1913 dans un petit appartement de la rue Saint-Georges dans le quartier central d’Ixelles à Bruxelles. Le 25 décembre 1915 naît un autre enfant du couple Rolin : Denys. Les Rolin quittent l’appartement de la rue Saint-Georges en 1920 pour emménager avenue Beauséjour, dans le quartier chic d’Uccle. Dominique entre à l’école primaire du lycée Dachsbeck. Dominique Rolin montre une très grande précocité à la lecture.

Elle lit déjà beaucoup et apprend même par cœur, pour son propre plaisir, des contes de Perrault. En 1927 un drame secoue la famille Rolin. Jean Rolin, épris d’une de ses élèves demande le divorce et quitte la maison familiale. Esther refusant cette séparation, un climat de forte tension et de violence règne durant quatre années dans la maison de Boitsfort. En 1932, Dominique Rolin entre à l’École du service social, rue du Grand Cerf, et entreprend des études de bibliothécaire.

La même année naît sa première publication : la nouvelle Repas de famille paraît dans Le Flambeau, revue politique et littéraire belge, dirigée par Henri Grégoire. De 1933 à 1936 Dominique Rolin travaille à la librairie générale de Bruxelles. Elle entre alors comme attachée à la bibliothèque de l’Université libre de Bruxelles. Début 1946, sentant, sachant que sa carrière ne peut se construire et s’épanouir dans ces conditions de tension et de précarité, elle décide de tout quitter, Belgique, mari, famille et enfant pour s’installer à Paris. En 1950, Dominique Rolin et Bernard Milleret, bien que démunis, vivent en effet quelques années de félicité entre l’avenue de Châtillon et Saint-Germain-des-Prés, au milieu de l’élite littéraire et artistique du moment. Le Souffle est couronné par le Prix Femina en 1952. Au reste, c’est le moment que choisit Gaston Gallimard pour proposer à l’auteur, nouvellement et brillamment promu, de faire partie des auteurs de la maison.

Ce n’est qu’en 1958, soit trois années après sa dernière production, que Dominique Rolin publie Artémis. La même année, André Barsacq monte L’Épouvantail, son unique pièce, au Théâtre de l’Œuvre. Le Lit est publié en 1960. Ces trois années ont été nécessaires à l’auteur pour  faire son deuil  et être capable de crever l’abcès de la souffrance vécue au cours des dernières années de vie avec Milleret.

Le 11 février 1965 elle est évincée du jury du Prix Femina. De plus, celles-ci n’avaient pas apprécié qu’elle soutienne les écrits de Robert Pinget et son ouvrage L’Inquisitoire. 1965 voit se terminer la vie de sa mère, Esther. Lettre au vieil homme en 1973. En 1975, Jean Rolin meurt, dix ans après sa femme.

En 1978 Dominique Rolin publie L’Enragé, une autobiographie apocryphe et posthume du peintre flamand Pieter Brueghel l’Ancien. Brueghel, cloué sur son lit d’agonie, voit défiler toute sa vie. L’ouvrage est couronné par le prix Franz Hellens. Juan-les-Pins, où l’invite Florence Gould, la veuve du fondateur de la station balnéaire. C’est en 1980 qu’une autre distinction récompense un ouvrage de Dominique Rolin : le prix Kléber Haedens pour L’Infini chez soi, premier volume de ce que l’auteur appelle sa  trilogie . Chaque sortie de ses ouvrages est dorénavant signalée et saluée par la presse.

En 1988, Trente ans d’amour fou, édité chez Gallimard, vient dévoiler au lecteur la fertilité de l’amour, cette fécondité créatrice partagée entre Jim et Dominique. Lors d’une émission de Bernard Pivot en 2000, elle répond  oui  à la question que lui pose l’animateur :  le Jim de vos livres, c’est bien Sollers ? Le Grand Prix Thyde Monnier de la Société des gens de lettres pour l’ensemble de son œuvre lui est décerné en 1991. 2001, et son œuvre est récompensée par le Grand prix national des Lettres. L’Accoudoir, appui de fenêtre d’où l’auteur contemple le monde, sort en 1996. C’est à l’occasion de grands travaux dans l’immeuble bicentenaire de la rue de Verneuil que La Rénovation voit le jour en 1998.

Le Futur immédiat, 31 décembre 2001, sort en parallèle avec un livre d’entretiens, Plaisirs. Elle poursuit toujours dans la veine autobiographique. Assez, Temps, je ne te laisserai pas faire. Terminer mon livre et je t’aurai exterminé. Lettre à Lise sort en 2003. Les ouvrages de Dominique Rolin ont été publiés et traduits dans de nombreuses langues comme l’anglais, l’allemand, le néerlandais, mais aussi l’italien, le japonais, le chinois, le serbo-croate et le slovène.

This entry was posted in Sciences humaines. Bookmark the permalink.