Correspondance, 1931-1936 PDF

Statue de García Correspondance, 1931-1936 PDF sur la place Santa Ana à Madrid. Federico Garcia Lorca passe son enfance à la campagne, près de Grenade où son père possède une grande propriété. Elle met en scène l’amour impossible entre un cafard et un papillon, avec de nombreux insectes en support.


Pendant les quelques années qui suivent il s’implique de plus en plus dans son art et dans l’avant-garde espagnole. Cependant, vers la fin des années 1920, Lorca est victime d’une dépression, exacerbée par une angoisse due à la difficulté grandissante de cacher son homosexualité à ses amis et sa famille. Son retour en Espagne en 1930 coïncide avec la chute de la dictature de Miguel Primo de Rivera et la proclamation de la République. Son corps serait toujours enterré dans une fosse commune anonyme, quelque part dans la zone, aux côtés du cadavre d’un maître d’école, Dióscoro Galindo, et ceux des anarchistes Francisco Galadí et Joaquín Arcollas, exécutés en même temps. En 1956, on érige le premier monument à García Lorca. C’est bien sûr loin de l’Espagne de Franco, dans la ville de Salto, en Uruguay, grâce à l’initiative de son ami américain, l’écrivain Enrique Amorim.

Ce n’est qu’avec la mort de Franco en 1975 que la vie et la mort de Lorca peuvent être évoqués librement en Espagne. De nos jours, une statue de Lorca est en évidence sur la place Sainte-Anne à Madrid. Jean Ferrat lui rend hommage dans sa chanson « Federico García Lorca », il en compose les paroles tandis que Claude-Henri Vic en compose la musique. En 2008, la justice espagnole accepte qu’elle soit ouverte dans l’intimité, en présence de la seule famille. En effet, des recherches, effectuées pendant plusieurs semaines, en vue d’une exhumation, sont abandonnées le 18 décembre 2009.

On ignore si le poète a effectivement été assassiné dans le champ d’Alfacar ou s’il a été transféré dans un lieu inconnu. Articles connexes : Nouveau flamenco et Real Conservatorio Superior de Música de Madrid. Le poète, pianiste et compositeur puisa une grande partie de son inspiration dans la tradition folklorique andalouse. García Lorca rencontra très jeune Manuel de Falla à Grenade et développa une amitié profonde avec le compositeur du ballet Le Tricorne.

Romancero gitano, mais aussi par la musique. Dès l’âge de dix ans,  l’Andalou professionnel , comme le surnommait perfidement Jorge Luis Borges, composa des petits airs, mais ses parents s’opposèrent à ce qu’il poursuive des études musicales. Or, il continuera à écrire toute sa vie des mélodies, de nombreuses chansons, souvent dans un registre flamenco. García Lorca parmi d’autres, qui associent l’expressivité populaire du flamenco avec un lyrisme intense propre à son univers. C’est bien dans la tradition folklorique du flamenco que le poète, pianiste et compositeur puise l’essentiel de sa matière. Arrangeur doué de cette tradition andalouse, García Lorca sera emporté par la guerre d’Espagne.

This entry was posted in Famille et bien-être. Bookmark the permalink.