Correspondances : Tome 2, 1919-1929 PDF

Créateur du Sillon, il est un des promoteurs du catholicisme social. Il occupe aussi une place importante dans le mouvement de l’éducation populaire à travers les revues et mouvements qu’il a animés. Revers de la médaille honorant Marc Sangnier, bronze, 81mm, œuvre de Correspondances : Tome 2, 1919-1929 PDF Bazor. Marc Sangnier reçoit une éducation chrétienne.


Ce deuxième volume 1919-1929 de la correspondance de Guy de Pourtalès voit se déployer la carrière de l’homme de lettres : édition, traduction et études critiques des écrivains qui, à ses yeux, représentent l’Europe de la culture et serviront de base à ses réflexions ultérieures sur le destin européen. Dans ces années vingt, Pourtalès noue des relations durables avec des artistes tels que Gide, Valéry, Rivière, Du Bos, Pitoëff, Copeau, Gémier. Il fréquente assidûment le milieu de La Nouvelle Revue française et Gaston Gallimard, ainsi que le Théâtre du Vieux-Colombier. Son activité de romancier débute elle aussi véritablement en 1919 avec Marins d’eau douce et se poursuit avec Montclar (1926). La notoriété et les succès de vente arrivent avec la série des biographies de musiciens : La Vie de Franz Liszt inaugure la collection des « Vies des hommes illustres » publiée par la Librairie Gallimard. Suivent Chopin ou Le Poète (1927), Louis II de Bavière ou Hamlet-Roi (1928), Nietzsche en Italie (1929). Pourtalès apprivoise ainsi le grand geste biographique et autobiographique qui s’imposera dans La Pêche miraculeuse.

Il est élève au collège Stanislas de 1879 à 1894. Encore jeune étudiant en 1894, il anime un journal philosophique, Le Sillon, journal du mouvement pour un christianisme démocratique et social, fondé par son ami Paul Renaudin. En 1899, Le Sillon devient l’organe d’un vaste mouvement d’éducation populaire qui réunit la jeunesse ouvrière et les fils de notables afin de réconcilier les classes laborieuses avec l’Église et la République. Le Sillon a pour but de réaliser en France la république démocratique.

Ce n’est donc pas un mouvement catholique, en ce sens que ce n’est pas une œuvre dont le but particulier est de se mettre à la disposition des évêques et des curés pour les aider dans leur ministère propre. Syllabus du pape Pie IX de 1864 condamnait le libéralisme. Le vote en 1905 de la loi de séparation des Églises et de l’État constitue un nouveau tournant qui va créer un conflit entre les idées libérales du Sillon et l’épiscopat français. Pie X condamne les idées des sillonistes, la  fausse doctrine du Sillon  qui prône le nivellement des classes, la triple émancipation politique, économique et intellectuelle. Il déplore qu’un trop grand nombre de prêtres se fassent les apôtres de ces erreurs et les invite à se replacer désormais sous l’autorité du clergé. Marc Sangnier se soumet à la directive, mais décide peu après d’abandonner l’action religieuse pour la politique.

Marc Sangnier fonde un quotidien, La Démocratie, puis, en 1912, la Ligue de la jeune République. Il milite pour l’égalité civique pour les femmes, le scrutin proportionnel et ébauche un véritable système avant-gardiste de législation sociale. Avec le grade de lieutenant, il sert pendant dix-huit mois sur le front et est décoré de la croix de Guerre avant d’obtenir la Légion d’honneur. La paix revenue, il se présente aux élections législatives et est élu député à la Chambre  bleu horizon . Il se consacre alors pleinement à la cause pacifiste.

Marc Sangnier crée un nouveau périodique, L’Éveil des peuples, afin de faire connaître ses idées. Des personnalités comme Pierre Cot et René Cassin signent à l’occasion quelques articles dans son journal. Henri Guillemin fut son assistant à partir de 1923. Livres et documents sont consultables dans les locaux du Sillon et de La Démocratie qui constituent un lieu de mémoire. L’Éducation sociale du Peuple, Paris, Rondelet, 1899. Le Sillon, esprit et méthodes, Paris, Au Sillon, 1905. Par la mort, Paris, Au Sillon, 1905.

Une méthode d’éducation démocratique, Paris, Au Sillon, 1906. La Vie profonde, Paris, Perrin, 1906. Le Plus Grand Sillon, Paris, Au Sillon, 1907. La Trouée, Paris, Au Sillon, 1908. Devant l’affiche, Paris, Au Sillon, 1908. Chez les fous, Paris, Au Sillon, 1908. La lutte pour la démocratie, Paris, Perrin, 1908.

Dans l’attente et le silence, Paris, Au Sillon, s. Aux sources de l’éloquence, Paris, Bloud et Gay, 1908. Conférences aux soldats sur le front, Paris, Bloud et Gay, 1918. Ce que savent les jeunes Français d’aujourd’hui, La Démocratie, 1918.

This entry was posted in Calendriers et Agendas. Bookmark the permalink.