Crise de l’université : Le nouvel esprit académique et la sécularisation de la production intellectuelle PDF

Cet article ou cette section devrait être synthétisé. Auteur d’une réflexion sur la nature de l’Crise de l’université : Le nouvel esprit académique et la sécularisation de la production intellectuelle PDF et des constitutions, il considère, dans la filiation de la pensée de Jean Bodin, que la souveraineté étatique est absolue ou n’est pas.


Le problème de l’interprétation de 1933 : césure ou continuité ? Par ses origines religieuses et provinciales, Schmitt est membre d’une minorité. Le père est membre du Zentrum, une organisation catholique qui s’opposa à Bismarck lors du Kulturkampf. Schmitt est donc doublement minoritaire : prussien et catholique. Il effectue sa scolarité d’abord à l’internat puis au Lycée d’Attendorn.

Après son Abitur, son père désire qu’il entre au séminaire alors que lui souhaite étudier la philologie. Cependant, sur les conseils pressants d’un oncle, il commence des études de droit, fait assez rare pour un enfant de milieu modeste. Il débute au semestre d’été 1907 à l’université de Berlin. La même année, après avoir obtenu un sursis à son incorporation en qualité d’étudiant, il s’engage comme volontaire dans le premier régiment d’infanterie bavaroise, blessé aux vertèbres lors de l’instruction, il est déclaré inapte au combat et est transféré à l’État-Major militaire de Munich, du fait de sa formation universitaire. Il épouse cette même année Pawla Dorotic, une prétendue comtesse serbe qui se révélera plus tard être une escroc. Bien que son premier mariage ne soit pas encore annulé par l’Église, il épouse un an plus tard l’une de ses anciennes étudiantes, Duska Todorovic, également Serbe. De ce fait, en tant que catholique, il sera exclu de la communion jusqu’à la mort de son épouse en 1950.

En 1918, il est officier d’intendance et reçoit la croix de fer de deuxième classe, une distinction moyenne pour un officier de l’arrière. Il dirige ensuite le bureau VI du Ministère bavarois de la Guerre, bureau chargé particulièrement de la surveillance de la presse de gauche et de la censure. Berlin à l’université Friedrich-Wilhelm où il enseignera de 1933 à 1945. Il rédige un mémoire sur le poète bien connu à l’époque Theodor Däubler. Il est considéré à l’époque comme faisant partie de la  Bohème souabe . Le juriste décrira plus tard ses travaux littéraires comme étant  Dada avant la lettre .

Il se lie d’amitié avec l’un des pères fondateurs du dadaisme : Hugo Ball, tout comme avec le poète et éditeur Franz Blei ainsi que Robert Musil et Franz Kafka. Ses travaux acquièrent vite du succès grâce à la puissance de sa langue et à ses formulations brillantes. Son style nouveau dépasse largement les cercles spécialisés dans le droit tant il passe pour spectaculaire. Au lieu d’écrire comme un juriste, ses textes sont mis en scène de façon à la fois poétique et dramatique, agrémentés d’images mythiques. La publication progressive des volumineuses archives de Carl Schmitt témoigne de la multiplicité des réactions qu’il a déclenchées dans les milieux les plus divers. Bonn, il entretient des contacts avec les jeunes catholiques et montre un intérêt croissant pour les thèmes de droit canon.

This entry was posted in Bandes dessinées. Bookmark the permalink.