Délices glacés PDF

L’idée étant de faire le plein d’air pur, de cuisiner et de s’attabler ensemble, certaines recettes réunissent le quatuor en cuisine, alors que d’autres nécessitent moins d’interventions. Suivez les émissions de Ricardo sur Radio-Canada. Infolettre Abonnez-vous pour recevoir des recettes, des délices glacés PDF, des concours et plus encore! Vous n’êtes pas encore membre de ricardocuisine.


Connexion avec Facebook Utilisez votre profil Facebook pour vous connecter. Aucune information ne sera publiée sur Facebook sans votre permission. C’est une découverte inattendue qui m’a conduit à écrire cet article. En effet, le mot tradition est devenu un qualificatif souvent utilisé à tort et à travers au point de s’y perdre. Pour être plus précis, le croissant français n’est plus.

Beaucoup défendent l’artisanat et s’insurgent devant l’invasion des produits industriels. Mais faut-il encore pour défendre le croissant lui redonner toutes ses lettres de noblesse auprès de la clientèle. Une brève histoire des croissants pour rappeler que celui-ci est arrivé en France d’Autriche en 1839 avec l’ouverture de la boulangerie viennoise au 92 de la rue Richelieu par August Zang. Le croissant est alors un petit pain hydraté partiellement au lait. Au cours du XIXe siècle, il se sera enrichi en beurre, pour devenir feuilleté avec la fin du XIXe siècle.

Autrichienne en ovale ou à la française en triangle. Il faut rappeler que la technique du tourage connaissait une variante datant du XIXe, qui consiste, après le tourage, de bouler la pâte avant d’en découper des boules et d’étaler ces boules en ovales et les rouler en croissant comme le font encore les Autrichiens avec la recette d’origine. Le croissant d’alors pèse, entre 45 g et 60 g, comparé à aujourd’hui ou il peut atteindre entre 75 g et 80 g. Après la Deuxième Guerre mondiale et jusqu’aux années 1960, le croissant voit disparaître certaines de ces variantes. Avec les années 1970, le croissant gagne en sucre et en beurre puis avec le temps il perd en durée de fermentation et gagne davantage en sucre et en beurre et perd en couleur. En effet, au cours de la fermentation le saccharose se transforme en glucose et fructose.

Depuis 2 ans, mon travail m’a conduit à plancher sur la restauration du croissant d’hier dans la droite ligne du travail technologique que j’effectue depuis bientôt 10 ans. Pour donner vie à ce croissant, un groupe Facebook va se constituer afin de permettre aux boulangers de lancer ce croissant. De ce groupe de discussion va sortir une méthode et une façon de faire adapter à la production d’aujourd’hui pour généraliser ce croissant. Une autre manière de relancer l’artisanat et le croissant fait maison. It has disappeared at the end of the XX century. Its decline has started at the end of the 70’s. Maybe some of you are thinking that this affirmation is absurd.

Our ignorance of the real French pastry history has for consequences that we lost the train of recipes trough time. Let’s look in brief to the history of the croissant. Everything started in France in 1839 with the opening of the bakery la boulangerie viennoise at the 92 Richelieu street in Paris. It is August Zang an Austrian who open this luxury bakery which has a quick high success. At that time the croissant is a small bread made partially of milk. At that time the croissant is shaped following two different ways, the Austrian method with an oval dough and the French method with a triangle dough. The Austrian was the original method before the croissant became flaky.

This method was kept after the new croissant started its life. The principle consists of folding the dough with the butter and then rounded the dough and divide it into balls. Each ball is open in an oval form and then rolling to look like a croissant. The croissant weight was about 45g to 60g compared to the croissant we eat today which are about 75g to 80g. After the second war and until the 60’s, the croissant variety is less than what it was before.

This entry was posted in Sports et passions. Bookmark the permalink.