Dans la rue où vit celle que j’aime PDF

Le titre de l’ouvrage, Les Contes de la rue Broca, ne signifie pas que les contes se déroulent tous dans la rue du même nom. Il s’agit d’abord du lieu où ils sont racontés. Papa Saïd : propriétaire de l’épicerie-buvette au 69 rue Broca. Dans le conte de la Sorcière du placard aux balais, il est possesseur de poissons magiques et est capable de parler dans la rue où vit celle que j’aime PDF une souris.


En 1891, des jeunes filles disparaissent mystérieusement. Mais lorsqu’un siècle plus tard, on découvre leurs squelettes ainsi que les cadavres de mortes plus récentes, la petite ville de Spring Lake, vieille station balnéaire chic de la côte atlantique, est tétanisée. Chacun semble avoir quelque chose à cacher. Le docteur, l’agent immobilier, le restaurateur… tous paraissent suspects. Mais sont-ils pour autant coupables ?
Dans cette atmosphère d’angoisse grandissante, Emily Graham, une jeune avocate new-yorkaise, s’installe dans la maison de famille où, jadis, vécut Madeline, son ancêtre assassinée. Un homme observe ses faits et gestes. S’agit-il d’un tueur ? De mystérieux liens semblent le rattacher à toutes ces victimes du passé. Emily sera-t-elle sa prochaine cible ?

Dans le conte de la Sorcière de la rue Mouffetard, il sauve sa sœur Nadia de la sorcière en faisant preuve d’intelligence et de ruse. Il est ami avec Monsieur Pierre. Dans le conte de la Sorcière de la rue Mouffetard, elle est la petite fille que la sorcière veut dévorer accompagnée de sauce tomate. Monsieur Pierre : personnage principal du conte de la Sorcière du placard aux balais, il est présenté comme le narrateur des contes de la rue Broca. Dans la préface du livre, Pierre Gripari affirme que Monsieur Pierre a créé les contes de la rue Broca à l’aide des enfants qui y habitent, car chaque jeudi après-midi ils se retrouvaient pour en inventer de nouveaux. Ce personnage est sans nul doute le pendant fictif de l’auteur lui-même.

Les treize contes de la rue Broca n’ont pas de sujet central, certains s’entrecroisent, mais chaque histoire se distingue des autres et n’en partage que très peu si ce n’est aucun point commun. Chaque conte possède ses propres motifs, son propre rythme et ses propres personnages et malgré le cadre qui parfois les rapproche, ils sont tous uniques en leur genre. Une sorcière découvre dans le journal des sorcières une méthode pour redevenir jeune : manger une petite fille avec de la sauce tomate. Le nom de la petite fille doit cependant commencer par la lettre N. La sorcière jette son dévolu sur la petite Nadia, la fille de Papa Saïd, et essaye de la piéger à plusieurs reprises mais échoue autant de fois. Je voulais dire : une boîte de sauce tomate.

This entry was posted in Romance et littérature sentimentale. Bookmark the permalink.