De Rouen à Auschwitz : Les Juifs du PDF

Est sacré ce qui est dans le temple. Paradoxe : voilà que des terroristes désacralisent la de Rouen à Auschwitz : Les Juifs du PDF même et voudraient partout se croire dans leur temple.


L’histoire des juifs de l’agglomération rouennaise, pendant la seconde guerre mondiale, est présentée à travers ceux qui l’ont vécue, persécutés par les mesures antijuives allemandes et françaises. D’abord recensés, mis à l’écart de la société, puis expulsés du monde professionnel et économique, ils sont déportés, loin de chez eux, afin d’être assassinés à l’abri des regards. Leur crime : être nés juifs. Nous connaissons leurs identité, âge, profession, situation familiale, adresse, ce qui permet de leur donner une seconde vie et de les replacer dans l’espace urbain. Six d’entre eux survivent à la déportation dans les camps d’Auschwitz et reviennent à Rouen. Depuis 1979, Denise Holstein, arrêtée une seconde fois et déportée avec les orphelins du centre UGIF de Louveciennes, est la seule survivante.

Le sacré et le profane sont deux notions qui n’ont de sens que si on les oppose. Ce qui est sacré est ce qui n’est plus profane. Ce qui est profane est ce qui n’a pas encore été consacré. Les hommes qui ne sont pas initiés sont des profanes, parce qu’ils n’ont pas été initié : ils sont étrangers.

Le fidèle dans son temple est dans un monde séparé, réservé, inviolable. Dans un temple on peut manipuler des objets qui dans le monde ordinaire ne suscitent pas la moindre émotion : consacrés, ces outils ne sont pas utilisés dans le temple. Pour utiliser un vocabulaire philosophique un peu barbare, je dirais qu’ils ont été détournés de leur ustensilité : ils ont été consacrés à un emploi spirituel. Le sacrifice consiste le plus souvent à tuer. Et ce sacrifice est présenté comme salutaire. Joli paradoxe : c’est en m’abandonnant que je me trouve ! Dans les rituels de sacrifice, on affirme que cette destruction est nécessaire pour accéder à la pureté.

This entry was posted in Sports et passions. Bookmark the permalink.