Dictionnaire poétique PDF

Le projet de rédaction d’un dictionnaire qui rassemblerait les principales idées du parti philosophique aurait germé vers 1750 dans l’entourage du roi Frédéric II de Prusse, à dictionnaire poétique PDF cour duquel vivait Voltaire à cette époque. Quelque temps plus tard, en 1755-1756, Voltaire est approché par Diderot, et surtout par d’Alembert, qui l’invitent à participer à l’aventure de l’Encyclopédie. Il s’enthousiasme pour le projet, recrute des collaborateurs, commande et écrit des articles.


Loup Francart, auteur de Petits bouts de rien, poursuit sa réflexion sur le mystère de l’existence sous une autre forme, plus imagée, plus palpable. Il établit un tableau vivant qui revigore l’âme.

Un mot, un seul, qui crée par la seule force de son évocation une histoire qui s’élève en toute liberté.

C’est en 1763 que Voltaire revient à son idée d’un ouvrage qui condenserait l’essentiel de ses idées philosophiques, morales, politiques et religieuses. Après la publication du Dictionnaire philosophique, Voltaire s’emploie à convaincre ses correspondants qu’il n’a rien à voir avec cet ouvrage qui ne saurait lui être attribué. En décembre de la même année, c’est en Hollande que le dictionnaire est brûlé, puis à Berne. Le Parlement de Paris à son tour le condamne le 19 mars 1765, et Rome le met à L’Index. Dictionnaire historique, critique, chronologique, géographique et littéral de la Bible avait écrit dans la préface de ce dernier que son siècle était  le siècle des dictionnaires. C’est ce même esprit analytique qui poussait l’homme de Ferney à chercher la concision la plus grande possible, à chasser les digressions, à concentrer le trait. C’est encore lui qui l’amène à se plaindre que l’on exige des articles longs pour l’Encyclopédie.

D’où l’idée de publier un dictionnaire, mais portatif. Deux avantages qui ne pouvaient que séduire Voltaire, qui espérait en la diffusion la plus large possible des idées des philosophes, rôle que l’Encyclopédie, pour les raisons inverses, ne pouvait remplir efficacement. Je voudrais bien savoir quel mal peut faire un livre qui coûte cent écus. L’ouvrage se présentant sous la forme d’un dictionnaire, son organisation obéit évidemment à la logique de l’ordre alphabétique, et n’exige donc  pas une lecture suivie , ainsi que le précise Voltaire dans sa préface à l’édition de 1765 du Dictionnaire. Il a pourtant été repéré dans l’ouvrage des indices d’une volonté de structuration du propos plus poussée que la seule obéissance au simple arbitraire alphabétique. Du fait de son succès, le Dictionnaire philosophique connait plusieurs rééditions dans les années 1760.

Voltaire ajoute de nouveaux articles et amplifie ceux déjà existants : l’ouvrage en vient ainsi à compter 118 articles pour l’édition de 1769. Ces ajouts tendent toutefois paradoxalement à recentrer le livre dans une tonalité antichrétienne plus marquée. La tonalité des articles en est également sensiblement modifiée : l’ironie plaisante, voire badine, tend à laisser la place à une autre, plus sarcastique et plus violente. L’édition de 1769 du Dictionnaire philosophique avait été rebaptisée par Voltaire La Raison par alphabet. Sur les quatre cent quarante articles de l’ouvrage, cinquante sont des reprises d’articles publiés dans le Dictionnaire philosophique. Sylvain Menant, Littérature par alphabet : le « Dictionnaire philosophique » de Voltaire, Champion, coll. Pierre Campion, « De la guerre dans les Lettres.

This entry was posted in Cuisine et Vins. Bookmark the permalink.