Dictionnaire technique de l’aéronautique. anglais-français – français-anglais PDF

Le dispositif d’enrichissement de la langue française La langue de la République est le français. La loi Toubon affirme le droit dont dispose chaque Dictionnaire technique de l’aéronautique. anglais-français – français-anglais PDF de pouvoir utiliser sa langue dans les divers domaines de la vie quotidienne, et particulièrement dans l’enseignement, le travail, les échanges et les services publics.


Conformément à l’esprit de cette loi, et afin d’éviter l’emploi en trop grand nombre de termes étrangers, notamment anglo-saxons, dans les domaines scientifiques et techniques, les pouvoirs publics ont souhaité se doter d’un dispositif susceptible de favoriser l’enrichissement du français dans le plus grand nombre possible de domaines spécialisés. Les différents acteurs de ce dispositif ont pour mission d’inventorier les manques du lexique français dans la vie économique, les travaux scientifiques, les activités techniques et juridiques, etc. Au sein de ce dispositif, l’Académie française s’est vu attribuer un rôle éminent qui confirme le magistère qu’elle exerce sur la langue. Elle est en effet présente aux différentes étapes du processus d’élaboration des termes.

Elle participe aux séances des commissions spécialisées chargées de l’élaboration des termes, où elle est représentée par un ou plusieurs membres du Service du Dictionnaire. Sur la sollicitation des spécialistes des domaines concernés, elle se prononce par exemple sur la correction morphologique des termes proposés. Elle est membre de droit, en la personne de son Secrétaire perpétuel, de la Commission générale de terminologie et de néologie, qui examine les listes de termes transmises par les commissions spécialisées et ceux qu’il convient de traiter en procédure d’urgence. Enfin, elle donne son aval pour la publication au Journal officiel des termes finalement retenus assortis de leur définition : en vertu de l’article 9 du décret de 1996, ceux-ci ne peuvent en effet être publiés que s’ils ont reçu un avis favorable de l’Académie, lors de l’examen des listes qui a lieu, aussi souvent que nécessaire, durant les séances de travail de la Commission du Dictionnaire. L’Académie française s’implique donc particulièrement dans l’entreprise de terminologie menée au sein du dispositif d’enrichissement de la langue : loin de se contenter de délivrer son imprimatur aux fiches terminologiques, elle suit leur élaboration, de leur genèse à leur publication. L’Académie française se sent d’autant plus concernée par les travaux de terminologie et de néologie qu’elle considère que ceux-ci viennent compléter l’entreprise lexicographique qui est sa mission première. La terminologie doit être distinguée de la lexicographie.

This entry was posted in Science-Fiction. Bookmark the permalink.