Dites, c’est quand qu’on est vieux ? : Mon corps, ses maux, mes mots PDF

Mais si personne n’a jamais réussi à définir précisément la notion, les lecteurs, eux, savent parfaitement à quoi ressemble un bobo. Cet être singulier cultive une série dites, c’est quand qu’on est vieux ? : Mon corps, ses maux, mes mots PDF travers plus ou moins condamnables et néanmoins contradictoires. Dans chaque commentaire, toutes les trois lignes environ, il dénonce la politique  écolo bobo  avec des arguments par ailleurs plutôt constructifs.


Un article sur l’ultra-trail du Mont-Blanc, en août 2013, a donné lieu à une explosion de caricatures. 11 commentaires contenant le terme  bobo . Ingrid et Juliette, qui n’ont jamais trouvé de voiture, un soir de mars 2013, au bois de Vincennes :  Jolie condescendance et jolis clichés consistant à faire passer la demande de ces dames en caprice d’enfants gâtés bobo qui ne savent pas s’organiser . Bobo en voiture et en tramway. La gare de Lyon, enfin, où passent 105 millions de voyageurs par an, est qualifiée de  gare bobo . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien. Difficile de se rendre compte de toutes ces facilités dont on dispose tous les jours.

Si j’ai cette analyse, c’est qu’il m’a fallu suffisamment de recul et d’expérience pour le faire. Mais je dois encore être très loin de ce que vivent certaines personnes. On pense avoir vu le pire, mais on peut encore faire moins bien. Mais ça ne marche pas et ça ne marchera jamais. Il ne faut pas prendre les gens pour ce qu’ils ne sont pas, autrement dit : des cons.

Si Bobo venait à disparaître ou a passer de mode, il serait immédiatement remplacé par un autre terme. Une vache est une vache et un cochon restera un cochon. Il existe aussi des bobos dont le cas est plus grave. Non, il mieux vaut donner des leçons de morale, c’est moins fatigant et en plus, ça rapporte du fric. Dans les années ’70, ’80, le vélo était un moyen de transport. Aujourd’hui il est une caution morale, un objet utilisé pour cristalliser l’entrave léglislative à la mobilité individuelle motorisée. Le vélo des années ’70, ’80, apolitique, sensé, utile, celui du loisir et de la mobilité, n’a rien à voir avec le vélo urbain de nos jours, quasi exclusivement politique.

Le programme politique des verts et de la gauche en général ne mentionne pas vos 5 minutes, mais bien l’entrave progressive et rampante de la mobilité individuelle motorisée. Je n’ai absolument rien contre le cycliste qui choisit le vélo, mais m’oppose à celui qui veut me priver de mon choix à moi. Et ce à juste titre:jamais je n’aurais l’idée de le priver du vélo, ou d’entraver sciemment sa mobilité. Dans beaucoup de grandes villes il est difficile de faire du vélo, meme si on le veut, du fait du manque d’infrastructures adaptées. Ne pas vouloir partager l’espace urbain, c’est un peu priver les autres, non?

This entry was posted in Calendriers et Agendas. Bookmark the permalink.