En jouant avec le feu PDF

En pratique : Quelles sources sont attendues ? Joueur d’airsoft, équipé d’une en jouant avec le feu PDF d’un HK G36. Passé une énergie potentielle de deux joules, une réplique d’arme devient une arme aux yeux de la loi. Ces répliques d’armes étaient à l’origine conçues pour la collection ou le tir sur cible.


Des passionnés ont alors eu l’idée d’en utiliser dans une activité sportive en équipe dont l’un des principaux enjeux est l’élimination de l’équipe adverse. Il existe de nombreuses règles de jeu, toutes ont pour origine un scénario établi entre les joueurs avant le début de la partie. Il peut s’agir de la  capture du drapeau ,  une bille par joueur  ou bien encore des scénarios qui impliquent  un VIP  que l’on doit protéger. Il existe également des rassemblements nommés couramment  OP  qui sont des parties pouvant s’étaler sur plusieurs jours comprenant des parties de nuit par exemple. La réglementation rendait impossible la détention d’armes à feu au domicile, même dans le cadre d’une collection.

Les armes neutralisées, quoique très coûteuses étaient également bannies. Cependant, une demande soutenue existait de la part des collectionneurs, prêts à acquérir des répliques en plastique. 1960 apparaissent grâce à la firme Maruzen, qui fut pionnière en la matière, des répliques d’armes coulées en plastique totalement inertes, à usage de collection. Parfois ces répliques étaient faites en résine et métal avec des parties fonctionnelles à l’instar des vraies. Ils font alors le choix de l’air comprimé et des billes de 6 mm de façon à contourner la loi et rendre ces premières répliques parfaitement légales. Portées comme sac à dos elles étaient l’un des premiers freins au réalisme et à la liberté du joueur mais offraient en contrepartie une importante autonomie.

L’air comprimé est alors fourni par un piston poussé par un ressort mais il faudra attendre 1991 pour qu’un système d’engrenages entraînés par un moteur électrique au sein d’un boitier à engrenages, ou  gearbox , naisse : il s’agit des premiers AEG. La facilité d’utilisation et d’entretien de ce type de réplique est telle qu’elle devient au début des années 1990 le principal déclencheur du succès de l’activité airsoft. L’un des fleurons de la marque sera la réplique du FAMAS français qui connaîtra immédiatement un franc succès. L’ensemble des technologies développées par Tokyo Marui est aujourd’hui à la base des gammes d’AEG des autres constructeurs et l’innovation en la matière reste encore, pour une part significative, de nationalité japonaise : en témoignent les nouvelles gammes  next gen  de la marque ou encore les modèles  PTW  de la marque concurrente Systema. Ce ressort est, quant à lui, comprimé avant le tir par l’utilisateur. Ces répliques ressemblent le plus souvent à des pistolets, mais il existe aussi des modèles de type fusil d’assaut.

This entry was posted in Art, Musique et Cinéma. Bookmark the permalink.