Enfin libre ! : Sur les pas de Thérèse d’Avila PDF

Cet article est une ébauche concernant la philosophie. Le terme a un sens particulier dans la religion et dans l’art. L’état contemplatif offrant dans le premier enfin libre ! : Sur les pas de Thérèse d’Avila PDF à l’âme une proximité avec Dieu et dans le second avec la nature. Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète.


Thérèse d’Avila (1515-1582) est située à la charnière de deux époques. Dans une Espagne soumise par les Maures puis libérée, tournée vers la conquête du nouveau Monde, dans une Eglise d’Occident déchirée par la Réforme, elle parcourt le chemin de la vie intérieure vers la «liberté de la gloire des enfants de Dieu» (Rm 8,21). Son oeuvre (fondations et écrits) transmet une expérience et une pensée organisée, qui traverse les siècles. Contemplative incomparable, inlassablement active, elle est déclarée Docteur de l’Eglise en 1970 pour sa science de la prière silencieuse. 500 ans après sa naissance, en un temps aussi chaotique que le sien, son message est étonnamment actuel. Ce livre offre une triple opportunité. Il permet de découvrir le contexte de l’expérience thérésienne. Il invite à emprunter l’itinéraire vers la pleine liberté. Il fait percevoir enfin la force et la grandeur de l’Amour, qui veut des oeuvres, encore des oeuvres. Le chemin de la liberté véritable vers un grand amour est toujours ouvert. Sur ce chemin, nous sommes accompagnés.

Platon lui associe la symbolique de la lumière : le Bien éclaire de sa lumière toutes les Idées. Trois opérations : Voir, opération de l’œil. Quiconque arrive à cette troisième opération entre dans le domaine de l’art. Dans l’art, la contemplation esthétique est un concept datant des philosophes grecs, sinon même des philosophes indiens comme Shankaracharya. Elle permet à l’individu, au travers de l’observation d’une œuvre quelle qu’elle soit, de se libérer de ses émotions impures.

La contemplation, comme la prière et la méditation est un moyen d’accéder au divin. Grégoire Ier dans son homélie XIV sur Ezechiel développe une catéchèse complète sur la contemplation et la vie contemplative. Le mot adoration n’est utilisé en français contemporain que dans un contexte religieux. Il fait référence à la loi donnée à Moïse sur le mont Sinaï rapportée par la Bible au chapitre 20 du livre de l’Exode et au chapitre 5 du livre du Deutéronome. Saint François d’Assise recevant les stigmates.

L’équivalent de la notion de contemplation dans le yoga serait le samâdhi. Le samâdhi est la contemplation profonde. Mircea Eliade traduit par « enstase », pour opposer à l’extase, où l’âme sort, va à extérieur. Dieu personnel ou d’absorption dans l’Absolu.

De nombreux auteurs, notamment dans la période romantique, trouvent dans la contemplation de la nature une source d’inspiration. Chateaubriand, dans un conte pour enfant, résume la contemplation à l’aide des trois verbes : regarder, aimer, ressembler. L’écrivain-philosophe autrichien Robert Musil en a fait le thème profond de l’Homme sans qualités. La contemplation n’est pas, pour cet auteur, simple opposition à l’action. C’est une attitude qui consiste, en fait, à modifier sans arrêt ses propres points de vue sur le monde. Voilà exactement ce que nous dit Plotin : toute chose se réjouit, toute chose se réjouit d’elle-même, et elle se réjouit d’elle-même parce qu’elle contemple l’autre.

Vous voyez, non pas parce qu’elle se réjouit d’elle-même. Toute chose se réjouit parce qu’elle contemple l’autre. Toute chose est une contemplation, et c’est ça qui fait sa joie. C’est-à-dire que la joie c’est la contemplation remplie.

Facile et merveilleuse, vibrante sans effort. Appui pour un possible infini virtuel, espace hors de l’espace, prothèse de ton dépassement. Se reporter aux écrits des pères du désert comme par exemple Julien Pomère. Ces phénomènes ne sont pas une garantie de vie mystique profonde. L’Église catholique se montre généralement prudente et procède à des enquêtes approfondies. Voir les ouvrages du docteur mystique Jean de la Croix La Montée du Carmel, La Nuit obscure ou La Vive Flamme d’amour. Voir son ouvrage Le Château intérieur.

This entry was posted in Adolescents. Bookmark the permalink.