Faites ceci en mémoire de moi : Célébrer et vivre l’Eucharistie PDF

Cécile de Rome, une des sainte Cécile, ou sainte Aziliz faites ceci en mémoire de moi : Célébrer et vivre l’Eucharistie PDF le calendrier breton des saints, est une sainte chrétienne. Elle aurait vécu à Rome, aux premiers temps du christianisme. En France, la cathédrale d’Albi est la seule cathédrale à porter le vocable de sainte Cécile.


Entrer dans la célébration de l’Eucharistie, voilà l’objet principal de ce livre. Y entrer et se laisser guider par la référence constante aux quatre récits de la Cène. Y entrer en éclairant les éléments forts de la célébration par les rencontres, souvent inattendues et surprenantes, de Jésus dans l’Évangile. Découvrir combien l’Eucharistie engendre, suppose et développe les enjeux principaux de la vie chrétienne et appelle leur mise en œuvre. Découvrir aussi le lien intime de la célébration eucharistique avec l’Eglise, comment l’Eucharistie se reçoit d’elle et comment elle contribue à sa vie. S’émerveiller de ce que l’Eucharistie soit ainsi au croisement de toutes nos routes pour nous conduire à Celui qui est la Voie, la Vérité et la Vie. Se frayer un chemin dans le mystère en découvrant peu à peu le visage de Jésus, aussi bien du maître nous livrant les Béatitudes que du serviteur qui donne sa vie lors de la Cène. En onze petits chapitres, chacun rapporté à un épisode évangélique, l’auteur parcourt, de manière originale et pédagogique, les principales étapes de la célébration eucharistique et en tire des indications très significatives et fécondes pour la vie chrétienne, avec le désir de conduire le lecteur à mieux célébrer et vivre l’Eucharistie.

Entre 176 et 180, sous l’empereur Marc Aurèle, elle fut condamnée au martyre, après avoir converti de nombreuses personnes, dont son mari. Un passage de sa légende affirme qu’en allant au martyre elle entendit une musique céleste. Cette anecdote en fera la patronne des musiciens, des luthiers et des autres fabricants d’instruments de musique. On la représente avec une couronne de fleurs, symbole de virginité, un plant de lys, un instrument de musique et une épée.

Elle est souvent enturbannée et richement habillée, signes d’une origine patricienne. Sa dépouille fut retrouvée en 821 dans les catacombes de Saint-Calixte puis transférée au quartier de Trastevere, où une basilique fut construite pour l’accueillir. Lors des fouilles de 1599, le corps fut exhumé et l’on s’émerveilla de le trouver intact et dans sa position d’origine. Cet évènement contribua à renforcer l’intérêt pour l’Église primitive, qui imprégnait certains milieux ecclésiastiques et intellectuels de l’époque. Issue d’une noble famille romaine, elle voua sa vie très jeune à Dieu et fit vœu de virginité. Arrivée en âge de se marier, ses parents lui choisissent Valérien pour époux, un païen.

This entry was posted in Nature et animaux. Bookmark the permalink.