Feu (Henri Barbusse) (le) PDF

Son feu (Henri Barbusse) (le) PDF, licencié de théologie de l’Université de Genève, est journaliste, chroniqueur théâtral au Siècle. Sa mère, d’origine anglaise, meurt alors que le jeune Henri n’a pas trois ans. Le milieu littéraire le reconnaît très jeune comme l’un des siens à la suite de sa participation remarquée en 1892 au concours de poésie de L’Écho de Paris de Catulle Mendès.


Cet ouvrage a pour ambition d’aider un public de jeunes lecteurs, lycéens ou étudiants, à mieux appréhender un oeuvre où se mêlent, sous un abord aisé, divers niveaux de texte dont l’intrication peut d’abord rendre l’étude ardue.

En avril 1918 il est appelé par Jean Longuet pour assurer la direction littéraire du journal Le Populaire. Ce programme, il veut le mettre en pratique dans le projet qu’il porte d’une nouvelle revue. C’est à l’occasion d’un de ces voyages qu’il décède à Moscou le 30 août 1935. Il est inhumé au cimetière du Père Lachaise, non loin du Mur des Fédérés, lieu symbolique de la mémoire populaire et ouvrière. Augusta Holmès et du poète Catulle Mendès.

Barbusse n’était pas espérantiste, simplement sympathisant. En 1922 paraît la brochure de SAT For la Neŭtralismon ! Eugène Lanti — le fondateur de SAT — pour justifier l’existence du mouvement espérantiste des travailleurs, séparé du mouvement neutre. Barbusse fut également Président d’honneur du premier congrès de SAT qui se tint à Prague en 1921. Envoi de Barbusse à Abel Hermant.

Barbusse  existe encore à 5km au sud d’Anduze comme le montre Google Maps. Biographie d’Henri Barbusse dans l’édition du Feu au Livre de poche, 1988, p. Leslie Manigat, L’Amérique latine au XXe siècle, 1889-1929, 1991, p. Voir les extraits cités par Fred Kupferman dans Au pays des Soviets. Lilly Marcou, Staline vu par l’Occident. Esquisse bibliographique, Revue française de science politique, Année 1972, 22-4, pp.

Arkadi Vaksberg, Hôtel Lux, Paris, Fayard, 1993. Jean Relinger, notice  Henri Barbusse , Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français. 387 :  La foule massée sur les trottoirs acclame les dirigeants qu’elle reconnaît,  Vive Thorez ! Il en est ainsi à Paris, dans le Ve arrondissement. Article :  Socialisme et espéranto  sur le site de SAT-Amikaro. Jean Relinger, Henri Barbusse écrivain combattant, Presses universitaires de France, 1994, 289 pages.

Philippe Baudorre : Barbusse, Le Pourfendeur de la Grande Guerre, Paris, Flammarion,  Grandes Biographies , 1995. Die Werke von und über Barbusse mit besonderer Berücksichtigung der Rezeption in Deutschland. Petit dictionnaire des écrivains du Gard, Nîmes, Alcide, 2009, 255 p. Dictionnaire biographique des protestants français de 1787 à nos jours, tome 1 : A-C, Les Éditions de Paris Max Chaleil, Paris, 2015, p. Michel Boissard, Henri Barbusse, l’Encre et le Sang, L’Harmattan, 2018.

Allocution de Pierre Gamarra pour le centenaire d’Henri Barbusse, site des Cahiers Henri Barbusse. Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 12 mars 2019 à 10:50. Soldat en tenue bleu horizon pendant la Grande Guerre. Le bleu horizon est un nom de couleur dont on se souvient surtout parce qu’il a été utilisé pour celle des uniformes bleu-gris des troupes métropolitaines françaises de 1915 à 1921.

This entry was posted in Sciences humaines. Bookmark the permalink.