Fondation Le Rayon Fantastique 1957 PDF

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. Au cours du 13e millénaire de l’ère impériale, un fondation Le Rayon Fantastique 1957 PDF, Hari Seldon, prédit au moyen d’une science statistique dont il est le concepteur — la psychohistoire — la chute de cet empire, suivie de 30 000 ans de barbarie qui précéderont la naissance d’un autre Empire. L’Empire l’autorise à la créer sur une petite planète à l’extrémité de la Galaxie, Terminus. Ce premier livre du Cycle de Fondation est décomposé en cinq parties, chacune formant une histoire à part entière et couvrant à elles cinq les cent cinquante premières années de l’interrègne environ.


1 de l’Ère de la Fondation. Après l’arrivée de Gaal Dornick, nouveau mathématicien au sein du projet, Hari Seldon est jugé et son équipe est exilée sur une petite planète nommée Terminus aux confins de la Galaxie. Lorsque les provinces impériales autour de Terminus se proclament royaumes indépendants les unes après les autres, la Fondation se sent bien isolée malgré son statut de protectorat de l’Empire. Salvor Hardin a renversé le conseil de l’Encyclopédie et pris le pouvoir juste après la première apparition de Hari Seldon dans le caveau. Les Marchands de la Fondation parcourent tout un secteur de la Galaxie en vendant des articles miniatures fonctionnant à l’énergie atomique. Askone, une planète où cette énergie est taboue et il risque d’être exécuté. Un autre Marchand se rend sur Askone pour le délivrer.

Des astronefs de la Fondation sont portés disparus dans le secteur de Korell, manifestement détruits à l’aide d’armes atomiques. Hober Mallow, marchand de la Fondation, est envoyé sur la planète Korell pour enquêter sur l’origine de ces armements. Jacques Goimard et Claude Aziza, Encyclopédie de poche de la science-fiction. Guide de lecture, Presses Pocket, coll. Denis Guiot, La Science-fiction, Massin, coll. Lorris Murail, Les Maîtres de la science-fiction, Bordas, coll. Stan Barets, Le science-fictionnaire, Denoël, coll.

Bibliothèque idéale du webzine Cafard cosmique. Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 13 décembre 2018 à 19:40. Le yiddish était sa langue maternelle.

Asimov se définit comme un enfant prodige. Il fut naturalisé Américain en 1928. Il passa sa jeunesse à travailler dans le magasin familial, où il eut l’occasion de lire les magazines de science-fiction que ses parents vendaient. Ses études furent assez brillantes pour lui permettre, grâce à une bourse, d’entrer à l’université Columbia. Entre-temps, il accomplit son service militaire, au cours duquel il fut nommé caporal. Dès lors, il fut régulièrement publié, et quinze nouvelles virent le jour jusqu’en 1941.

De ce premier mariage naquirent deux enfants, David en 1951, et Robyn Joan en 1955. Lors de la Seconde Guerre mondiale, Asimov était déjà considéré comme un auteur de science-fiction majeur. Son licenciement, en 1958, lui fit prendre un tournant dans sa carrière et il se consacra pleinement à l’écriture. Prolifique, il travailla sans relâche car — il le disait lui-même — c’est là qu’il prenait du plaisir.

La suite de la vie d’Asimov est celle d’un auteur à succès, presque entièrement consacrée au travail d’écriture et aux conférences. Il fut un ami proche de Gene Roddenberry, le créateur de Star Trek. On y trouve des ouvrages de science-fiction et de vulgarisation scientifique, des romans policiers, des romans pour la jeunesse et même des titres plus étonnants comme La Bible expliquée par Asimov ou encore Le Guide de Shakespeare d’Asimov. L’épilogue a été écrit par sa seconde épouse, après le décès de l’auteur. On peut décrire Asimov comme quelqu’un ayant un ego très développé, mêlé d’un profond humanisme et d’un grand sens de l’humour ainsi qu’une culture très large, rendant l’expression de son ego plus amusante qu’énervante.

This entry was posted in Sciences humaines. Bookmark the permalink.