Géométrie descriptive, leçons données aux Écoles normales, l’an 3 de la République, (Éd.1798) PDF

Gaspard Monge représenté sur une lithographie de François Delpech d’après Henri-Joseph Hesse. Gaspard Monge est le fils de Jacques Monge, un marchand forain haut-savoyard qui devint bâtonnier de la confrérie géométrie descriptive, leçons données aux Écoles normales, l’an 3 de la République, (Éd.1798) PDF merciers de Beaune, et de Jeanne Rousseaux. Il y reçoit de la part des religieux une éducation libérale, puisqu’en plus des humanités, il est instruit en histoire, sciences naturelles et mathématiques.


Géométrie descriptive . Leçons données aux Écoles normales, l’an 3 de la République ; par Gaspard Monge,…
Date de l’édition originale : 1798

Ce livre est la reproduction fidèle d’une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d’une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d’un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l’opportunité d’accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d’une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d’un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d’un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

Revenu à Beaune, Monge dessine un plan de la ville qui lui vaut d’être remarqué par le lieutenant-colonel Merveilleux du Vignaux de l’École royale du génie de Mézières où il est bientôt engagé comme dessinateur en 1765. En 1768, Bossut est élu à l’Académie des sciences et encourage Monge à publier ses propres travaux en géométrie, ce qui est fait en 1770. Au printemps de 1774, Gaspard Monge rencontre un puissant protecteur, le marquis de Castries. Il commence à nouer une très longue amitié avec le fils du concierge de ce dernier, Jean-Nicolas Pache. Pendant les années suivantes, il publie encore de nombreux travaux, élargissant ses vues à la physique, la chimie et la métallurgie.

Le 12 juin 1777, il épouse Marie-Catherine Huart. Partageant son temps entre Paris, où il donne un cours d’hydrodynamique, et Mézières, il se voit offrir le poste de Bézout en tant qu’examinateur des cadets de l’École de la marine royale. La Révolution française, qu’il soutient dès 1789, change complètement le cours de sa vie, alors qu’il est un des scientifiques les plus importants de France. Il accepte d’entrer dans la société patriotique du Luxembourg créée par son ami Jean-Nicolas Pache, dans la section des Quatre-Nations, comme l’un des électeurs destinés à nommer les vingt-quatre députés de la Seine. Après le début des activités de la Convention le 22 septembre 1792, il conserve son poste de ministre de la Marine dans la Première République naissante. Il est l’un des promoteurs du calendrier révolutionnaire, avec Fabre d’Églantine. Il démissionne de son poste de ministre de la Marine le 10 avril 1793, dépassé par les querelles politiques, et retourne à l’Académie des sciences, mais celle-ci est dissoute par la Convention en août de la même année.

Jacques-Élie Lamblardie, directeur de l’École des ponts et chaussées et premier directeur de la nouvelle école, pour l’organisation et l’installation de l’école à l’hôtel de Lassay, à côté du palais Bourbon. Il y est aussi enseignant, formant les futurs professeurs et formalisant ses travaux sur la géométrie infinitésimale. Il donne aussi un cours de géométrie descriptive dans une autre école, créée pour former les professeurs de l’enseignement secondaire : l’École normale supérieure. Gaspard Monge part de Paris le 6 février 1798 pour Rome. République française, pour qu’il renonce à son pouvoir temporel, et de se limiter à son autorité spirituelle. Comme on sait cette demande irréalisable, on lui substitue un ordre d’exil sous deux jours.

Monge fait les nominations à toutes les fonctions de la nouvelle  République romaine , hormis les finances. Articles connexes : Campagne d’Égypte et Institut d’Égypte. Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Après le 18 brumaire, Monge est nommé membre du Sénat conservateur dès sa création. Il en devient président du 19 mai 1806 au 1er juillet 1807. La tombe de Gaspard Monge au cimetière du Père-Lachaise. Après avoir été sollicité par Napoléon rêvant alors d’Amérique avant qu’il ne soit finalement contraint à l’exil, à la Restauration Gaspard Monge est écarté.

Une ordonnance royale du 13 avril 1816 licencie l’École polytechnique. Seuls quelques fidèles continuent de voir Gaspard Monge. Il est frappé de plusieurs attaques d’apoplexie et meurt le 28 juillet 1818 au 31 rue de Bellechasse à Paris. Gaspard Monge a fait partie des scientifiques français qui ont poussé à l’instauration d’un système de poids et mesures fondé sur le système décimal.

Par le décret du 8 mai 1790 obtenu par Talleyrand, l’Académie des sciences reçoit la mission de mettre au point un système d’unification des poids et mesures. Après avoir reçu des départements les étalons des anciennes mesures, la commission cherche l’unité appropriée. Gaspard Monge est aussi parmi les personnalités qui proposent d’instaurer un calendrier avec des semaines de dix jours. Le calendrier républicain ne dure pas au-delà de 1806, en raison de diverses difficultés. Développemens sur l’enseignement adopté pour l’École centrale des Travaux publics, Paris, 1794. Une correspondance mathématique inédite de Monge, présentation de René Taton, Gauthier-Villars, 1947, 19 p. Une statue en bronze, offerte par ses anciens élèves et sculptée par François Rude sur commande de la commission Monge en 1846, a été érigée à Beaune, sur la place qui porte son nom.

Elle fut inaugurée le 3 septembre 1849. Monge, représenté donnant un cours de géométrie, est coiffé d’un catogan et vêtu à la mode de la fin du XVIIIe siècle. Carnot à Paris, au même endroit, s’est d’abord appelé école Monge de 1877 à 1895. L’école Monge a été créée en 1869 au 32 rue Chaptal.

Comte de Péluse et de l’Empire. Orn ext comte sénateur de l’Empire GCOR. Gaspard Monge a inspiré l’un des personnages du roman historique Le Secret de Champollion. Fonds Monge numérisé de l’École polytechnique. Louis de Launay :  Bientôt, ils lui confient, malgré sa jeunesse, une chaire de physique qu’il occupe jusqu’à l’été de 1764. Un grand Français, Monge, fondateur de l’École polytechnique, éditions Pierre Roger, 1933.

This entry was posted in Calendriers et Agendas. Bookmark the permalink.