Grèce : La nouvelle odyssée: L’Âme des Peuples PDF

Ruines du théâtre antique de Sparte avec le Taygète en arrière-plan. Péloponnèse, perpétuée aujourd’hui par la ville moderne du même nom de 18 185 habitants. De plus, Sparte est la seule cité de Grèce dépourvue de murailles car d’après Lycurgue, le grand législateur de Sparte,  une ville bien défendue est celle qui est entourée grèce : La nouvelle odyssée: L’Âme des Peuples PDF’un mur d’hommes, et non d’un mur de briques .


Parce que pour connaître les peuples, il faut d’abord les comprendre

Et si la crise économique qui terrasse le pays accouchait d’un nouveau miracle grec ? Partout, de l’anarchique Athènes aux îles les plus touristiques de la mer Égée, une nouvelle odyssée hellénique prend forme. Au culte du palikare, ce héros romantique de la lutte pour l’indépendance, succède aujourd’hui une volonté de ne plus se laisser étouffer par les clans politiques, le clientélisme et la corruption.
Ce petit livre n’est pas un guide. C’est un décodeur. Il revisite, d’abord à travers un récit riche en anecdotes et en souvenirs poignants, puis à l’écoute de grands intellectuels, les clichés sur une Grèce désemparée. Sans rien cacher des responsabilités politiques des gouvernements successifs et sans masquer l’ampleur du défi posé par l’émergence des extrémismes.
Un voyage culturel, linguistique, épicurien et historique pour mieux connaître les passions grecques. Et donc mieux les comprendre.
CE QU’EN PENSE LA CRITIQUE
– « (…) Belle et utile collection petit format chez Nevicata, dont chaque opuscule est dédié à un pays en particulier. Non pas un guide de voyage classique, mais, comme le dit le père de la collection, un «décodeur» des mentalités profondes et de la culture. Des journalistes, excellents connaisseurs des lieux, ont été sollicités (…). A chaque fois, un récit personnel et cultivé du pays suivi de trois entretiens avec des experts locaux. – Le Temps

– « Comment se familiariser avec « l’âme » d’un pays pour dépasser les clichés et déceler ce qu’il y a de juste dans les images, l’héritage historique, les traditions ? Une démarche d’enquête journalistique au service d’un authentique récit de voyage : le livre-compagnon idéal des guides factuels, le roman-vrai des pays et des villes que l’on s’apprête à découvrir. » – Librairie Sciences Po
À PROPOS DES AUTEURS
Adéa Guillot est journaliste et actuelle correspondante en Grèce du Monde, Arte TV, Le Soir et autres.
Journaliste, écrivain, Françoise Arvanitis a passé toute sa vie adulte en Grèce où, à partir de la chute de la dictature en 1974, elle fut correspondante de nombreux journaux, dont La Croix, L’Express, La Repubblica, Le Soir, et de France Culture.

Carte du territoire de la Cité-État de Sparte dans la plaine de Laconie. Il comprend deux régions principales, séparées par des montagnes. La frontière nord est plus changeante : victorieuse à la  bataille des Champions  en 545 av. Dinos laconien du Peintre des Cavaliers, 560-540 av. La transition entre cette ancienne ville et la Sparte dorienne s’explique pour les Anciens par le  retour des Héraclides  : Hyllos, fils d’Héraclès, doit fuir le Péloponnèse à la suite des persécutions d’Eurysthée. Le retour des Héraclides a été interprété comme la version mythique d’une invasion des Doriens, un peuple venu du Nord et parlant le grec.

Les Spartiates remontent ensuite vers les sources de l’Eurotas, puis se lancent dans la conquête de la Messénie, qui donne lieu à trois guerres dont ils sortent vainqueurs. Sparte apparaît comme la championne de la Grèce face aux Perses pendant les Guerres médiques. Sparte est consacré hégémon de la Grèce et arbitre des libertés du monde grec. Asseyant son nouveau statut, Sparte installe peu à peu dans toutes les villes grecques des gouvernants à sa solde. Sparte se rallient à eux, donnant l’hégémonie sur la Grèce à Thèbes.

L’armée ennemie grossit tant et si bien que la Laconie est pillée par les Thébains et mise à sac sans que les Spartiates n’osent intervenir, chose inédite jusqu’alors. Cette mise à sac matérialise la fin de la suprématie spartiate sur la Grèce. Homoioi entraînent plusieurs réformes menées successivement par Agis IV, Cléomène III puis par l’usurpateur Nabis. Sparte bénéficie du statut avantageux de cité libre et conserve des institutions spécifiques.

Les empereurs romains reconnaissent et utilisent parfois ce prestige, ainsi Lucius Verus et Caracalla ont des contingents de Spartiates parmi les troupes qu’ils mènent contre les Parthes, répétant la lutte passée contre les Perses. Une ville est refondée sur le site en 1834 : c’est la Sparte actuelle. Les citoyens Spartiates ne représentent qu’une faible partie de la population globale de la cité. La première mention fiable est celle que fournit Hérodote : en 480 av. Ainsi, à la bataille de Leuctres, en 371 av. 400 meurent au cours du combat.

Le nombre de Périèques est supérieur au nombre d’Homoioi. Les Hilotes, eux, peuvent être estimés de 150 000 à 200 000. L’historiographie les appelle traditionnellement les tresantes, les tremblants. Ils ne cessent pas d’être citoyens, mais deviennent des citoyens de seconde zone. Les Hilotes sont les paysans dépendants de Sparte. Leur statut est créé avec la réforme de Lycurgue.

Exceptionnellement, ils sont enrôlés pour combattre, et peuvent être affranchis ensuite. Plus nombreux que les Homoioi, ils ont subi la réforme de Lycurgue en étant mis à l’écart. Pour autant, ils sont libres et citoyens de leurs propres villes. Ils détiennent le monopole du commerce et partagent celui de l’artisanat avec les Hilotes. Ils comptent également des paysans, refoulés sur les terres médiocres. Apollon Hypertéléatas en Laconie, musée du Louvre.

This entry was posted in Fantasy et Terreur. Bookmark the permalink.