Identifier les oiseaux : Eviter les pièges d’identification les plus complexes PDF

Ces motifs sont peut-être précisés sur la page de discussion. L’identifier les oiseaux : Eviter les pièges d’identification les plus complexes PDF est le réceptacle de nombreuses substances chimiques, dont des hormones naturelles et les métabolites d’hormones naturelles ou de synthèse contenues dans les pilules anticonceptionnelles, ou utilisées pour des traitements médicaux ou vétérinaires.


Un guide destiné aux ornithologues souhaitant se perfectionner et recherchant d’autres informations que ce qu’ils trouvent dans leur guide de terrain habituel. Cet ouvrage se concentre sur les groupes les plus délicats et les espèces les plus variables – celles qui constituent le plus de casse-tête pour l’ornithologue de terrain. Il s’agit des espèces (environ 70) essentiellement présentes en Europe du Nord-Ouest. Le guide couvre la France, l’Angleterre, l’Allemagne, la Belgique, les Pays-Bas, le Luxembourg, le Danemark et la moitié sud de la Scandinavie. Peu d’oiseaux méditerranéens. Chaque chapitre comporte une brève introduction détaillant les espèces présentées, leur répartition, leur taille, leur habitat et, si nécessaire, quelques notions générales. Les illustrations légendées constituent le coeur de l’ouvrage.

Dès les années 1950, des études faites dans de nombreux pays industrialisés montrent une diminution de la fertilité masculine. Les années 1990 marquent en effet une prise de conscience de la présence dans l’environnement de substances capables de perturber le système endocrinien. En Europe, le Danemark, l’Allemagne et le Royaume-Uni ont été pilotes dans ce domaine de recherche. Les observations faites sur certaines populations animales encouragent la poursuite de la recherche dans le domaine.

Les récepteurs hormonaux de l’organisme confondent en quelque sorte la seconde avec la première. Pour l’AESA dont le Comité scientifique a repris la définition de l’OMS en la reformulant en  tout produit chimique susceptible d’interagir directement ou indirectement avec le système endocrinien, et par voie de conséquence de produire un effet sur ce dernier et d’impacter les organes et les tissus. Classiquement, en toxicologie, on admet que les effets d’un toxique peuvent suivre deux modèles : un modèle dose-dépendant linéaire, où les effets sont fonction de la dose, ou un modèle tout-ou-rien, où les effets se manifestent au-delà d’un seuil. Les critiques qui mettent en doute les effets nocifs des perturbateurs endocriniens soutiennent que leurs concentrations mesurées dans la nature sont trop faibles pour déclencher ces effets nocifs. Ce type de courbe n’est pas spécifique des perturbateurs endocriniens mais est dû à la possibilité d’impact en sens opposés, à différents niveaux d’une voie donnée du système endocrinien . Une étude publiée dans Science en 1996 proposait une autre explication. Les molécules en cause proviennent de parfums, de peintures et matériaux synthétiques, détergents, solvants, etc.

Le bisphénol A a notamment attiré l’attention en tant que composant du plastique de nombreux biberons. Une forte diminution de la capture de poissons a par exemple été observée dans plusieurs rivières du Plateau suisse, pourtant relativement éloignées des grandes sources de pollution. Ceci est possiblement attribuable à la pollution de l’eau par des xénoestrogènes. Ci est la concentration de l’espèce i. Articles détaillés : agent ignifuge bromé et Retardateur de flamme. L’usage de certains PBDE a été interdit dans l’UE en 2006. Ce plastique peut être reconnu grâce à son numéro 3.

This entry was posted in Famille et bien-être. Bookmark the permalink.