Jean Moulin : La constance et l’honneur de la République PDF

KAMEL BELKADI CONDAMNE A 2 ANS DE PRISON AVEC SURSIS POUR UN CRIME QU’IL N’A PAS COMMIS. LA JUSTICE AUX ORDRES DU POUVOIR ET DU PATRONAT ! Verdict du procès en appel prorogé au mardi 14 juin jean Moulin : La constance et l’honneur de la République PDF. Le compte rendu de l’appel du 24 mai par l’UL CGT Longwy.


Une belle affiche à afficher ! France inter parle de Daewoo et Kamel. Quelques documents de la journée du procès en appel du mardi 5 avril à 13h30. Un communiqué de l’UL CGT Longwy. Un communiqué bilan rapide du procès. Quelques documents autour de la conférence de presse donnée à Nancy le vendredi 1 avril 2005.

L’article du Républicain Lorrain du 2 avril. Par ce message, je me présente à tous ceux et celles qui ne me connaissent pas et qui pourtant m’ont assuré de leur soutien indéfectible dans les moments pénibles pour moi-même et ma famille. Dans ce but, je tiens par le présent message à vous assurer de toute ma gratitude et vous remercier pour votre confiance à ma cause devant la justice. La lutte n’est hélas pas terminée mais vous me donnez la force de me battre encore plus fort. L’union locale CGT de Longwy dépose une plainte pour complicité de banqueroute contre Kim Woo-Choong, l’ex-PDG en fuite de Daewoo. Quelques photos du procès photos de Jean No et Christophe. Secrétaire à la « propa  » de l’U.

2005 dans le cadre de l’Assemblée solennelle du CPH de LONGWY. 2005 concernant l’AG solennelle du TGI de Briey. Deux articles du lundi 07 mars 2005. Dépêche AFP du mercredi 09 mars 2005. Communiqué du mercredi 9 mars 2005.

Kamel était un des ouvriers les plus actifs pour défendre ses collègues. Un groupe industriel coréen qui s’est installé en Lorraine en 1995 avec 46 millions d’euros de subventions de la Région, payée par nos impôts. Après avoir empoché les subventions, Daewoo a décidé de fermer ses usines et de jeter les ouvriers comme des kleenex. Le contexte de la mise en accusation de Kamel Belkadi ? 2 jours auparavant, l’ouverture d’une négociation sur un plan social préventif avec les pouvoirs publics et la direction coréenne, un incendie a ravagé l’ensemble du bâtiment où se trouvait le stock de produits finis. Déroulement de l’instruction, un scandale ! Dès les premières auditions, et tout au long de l’instruction, les policiers n’ont pris en compte qu’une seule piste : celle de salariés qui auraient pété les plombs, chauffés à blanc par des « meneurs syndicaux extrémistes ».

Un parti pris dès le départ : Dès le début, c’est Kamel qui était dans le colimateur : C’est lui qui était au coeur des questions que posaient les enquêteurs, et ceux-ci ont multiplié les pressions sur les témoins afin qu’ils aillent dans le sens de sa culpabilité. Des pressions policières énormes : Afin d’arracher des aveux pour accréditer la thèse policière, le parquet a ordonné la mise en garde à vue de Kamel, de 3 de ses collègues de travail ainsi que de la secrétaire générale de l’Union Locale CGT de LONGWY. L’un des salariés travaillés par la police a craqué sous la pression, donnant ainsi l’opportunité au parquet et aux enquêteurs de boucler leur « sale travail » dans le sens qu’ils avaient décidé dès le départ. Un autre collègue de Kamel, même au prix de 3 semaines de détention n’a pas cédé aux pressions qu’on lui a fait subir. Kamel BELKADI a été mis en examen et écroué durant presque 3 mois. Une condamnation lourde, une justice clairement de classe !

This entry was posted in Calendriers et Agendas. Bookmark the permalink.