Jeanne d’Arc : Biographie historique PDF

Jeanne entend les voix de saint Michel et sainte Catherine, par Hermann Anton Stilke. Jeanne d’Arc a été reprise par de nombreux auteurs pour illustrer ou cristalliser des messages religieux, philosophiques ou politiques. Jeanne d’Arc est-elle une figure nationaliste ? Jeanne jeanne d’Arc : Biographie historique PDF’Arc, dessin de Clément de Fauquembergue, Archives nationales, Registre du Parlement de Paris, 1429.


1429. La France est plongée dans les affres de la guerre et
Orléans est assiégée. Vaincu par les armées anglaises et
méprisé par le duc de Bourgogne, le roi Charles VII peine à
établir sa légitimité. Arrive alors à la cour de Chinon une
jeune villageoise qui parvient à convaincre le roi qu’elle est
envoyée par Dieu. L’épopée de Jeanne d’Arc commence. En
quelques semaines, les troupes anglaises sont vaincues,
Orléans libérée et le roi sacré à Reims. Les sources historiques
permettent de retracer le parcours de la jeune fille, portée par
un élan à la fois politique et religieux. L’abondante
documentation conservée au Moyen Age sur la « Pucelle »
présente aussi un tableau nuancé de son action, car Jeanne
rompt avec trop de traditions sociales, s’affranchit des règles
du jeu politique et prend même des libertés à l’égard de ses
« voix ». Devenue une héroïne encombrante, continuant la
guerre malgré le roi, elle est capturée devant Compiègne et
livrée aux Anglais. Son procès à charge est mené de bout en
bout par l’évêque Pierre Cauchon, jusqu’à sa condamnation au
bûcher en 1431. Elle devient alors peu à peu une haute figure
du sentiment national français.

Dès son vivant, de par les sources contradictoires sur sa vie, elle est un phénomène politico-religieux. Ligue catholique qui s’approprie son mythe. Fénelon fait l’impasse sur elle dans ses œuvres. En 1762, Voltaire publie un livre, qui se veut un pastiche du style de l’épopée héroïque, La Pucelle d’Orléans. Reims, huile sur toile de Dominique Ingres, Paris, musée du Louvre, 1854. C’est cependant à la plume de l’historien Jules Michelet que l’on doit la transformation la plus radicale du personnage en 1841.

Sa vision de Jeanne fait un parallèle, troublant pour cet historien athée, avec le Christ. Jeanne se plie à sa mission dont elle sait qu’elle lui coûtera la vie. Souvenons-nous toujours, Français, que la patrie chez nous est née du cœur d’une femme, de sa tendresse et des larmes, du sang qu’elle a donné pour nous. Jeanne Darc eut-elle réellement des visions ? Son mobile le plus certain ne prit-il pas sa source dans les mouvements d’un patriotisme exalté ?

This entry was posted in Actu, Politique et Société. Bookmark the permalink.