L’acte de nommer : Une dynamique entre langue et discours PDF

Ce mémoire a été refusé l’acte de nommer : Une dynamique entre langue et discours PDF Mai 2008. Un second mémoire a été présenté en Septembre 2008. Il a été soutenu et validé.


Si rien ne paraît plus banal que l’acte de nommer, cette banalité ne saurait occulter la complexité du processus. Pris entre la dynamique des pratiques et les contraintes des formations discursives, entre l’expérience du monde et la construction des objets de discours, l’acte de nommer est à la fois éphémère et chargé de mémoire. Une façon d’appréhender l’acte de nommer dans ce qu’il a de complexe et d’original est de convoquer des approches différentes, telles l’analyse de discours, la praxématique, la sémantique indexicale, la sémantique référentielle. Riches de cette transversalité, les textes réunis dans cet ouvrage abordent la problématique de la nomination sous plusieurs angles : la référence, l’orthonymie, la construction du sens et des objets. Sur le plan théorique, l’enjeu du débat se cristallise plus particulièrement autour des notions de nomination, de dénomination et de désignation.
Ce recueil s’adresse à tous ceux qui s’intéressent au rapport entre le langage et le monde. Les analyses de corpus – presse, enquêtes psychosociales, écrits d’archivé, catalogues tendance, etc. – inscrivent la problématique linguistique de la nomination au coeur des pratiques quotidiennes invitant ainsi le lecteur, spécialiste ou non, à questionner dans son environnement direct l’apparente simplicité de l’acte de nommer.

Les coordinateurs, Marie VENIARD, Thierry Pagnier, Emilie NÉE, Katia Morim, Olivia GUÉRlN et Georgeta ClSLARU sont membres de l’École doctorale Langage et langues : description, théorisation, transmission de l’université Sorbonne nouvelle – Paris 3 et travaillent dans l’équipe Systèmes Linguistiques, Enonciation et Discursivité.

Il s’agit de penser notre temps à l’aide de concepts et modèles plus appropriés à la situation. En connaître les limites n’empêche pas de penser et de croiser les approches pour réfléchir à notre condition humaine à l’aube de ce nouveau millénaire. Il s’agit des changements dans l’histoire des sciences, de l’évolution des théories. Le paradigme est un modèle théorique de pensée, qui oriente la réflexion et la recherche scientifique. Pour cet auteur, l’histoire de la science est discontinue. C’est une période qui vient après la modernité.

Pourtant, il est difficile de dater le passage de la modernité à la postmodernité. Pour beaucoup de gens, la modernité continue encore à fonctionner. Pour ce qui nous concerne, la postmodernité c’est notre temps, elle vient en continuité et en rupture avec la modernité. La pensée de Marx est en continuité avec la pensée moderne, notamment sur le rôle du progrès et de la science, sur la visée d’émancipation, mais il introduit aussi une rupture.

Il commence par constater que l’histoire humaine est l’histoire de la lutte de classe. Pour lui, il n’y a pas de nature humaine, mais une ou plutôt des conditions humaines. Un se divise en deux : la société est une unité qui contient au moins deux classes : la bourgeoisie et le prolétariat. La démocratie Le concept de démocratie était important pour la modernité.

This entry was posted in Informatique et Internet. Bookmark the permalink.