L’Art pris au mot ou Comment lire les tableaux… PDF

Cette page est en semi-l’Art pris au mot ou Comment lire les tableaux… PDF longue. Unique portrait reconnu de William Shakespeare. Il est réputé pour sa maîtrise des formes poétiques et littéraires, ainsi que sa capacité à représenter les aspects de la nature humaine.


Que comprenons-nous des tableaux que nous voyons ? Et d’abord, que voyons-nous ? Des couleurs, des formes agencées, des perspectives plus ou moins justes ? Que reconnaissons-nous de nous-mêmes, de notre quotidien, de notre imaginaire ? Qu’est-ce qui nous touche, nous émeut, nous fait frissonner ou nous ravit ? Que lisons-nous ? C’est à toutes ces questions que cet ouvrage répond en proposant de cheminer parmi trente chefs-d’œuvre, depuis la position du spectateur innocent jusqu’à celle de l’amateur éclairé. Regarder, comprendre, aimer : un parcours idéal. Dans ces 30 lectures de tableaux : un face-à-face permanent avec la littérature (une centaine de textes cités) ; des informations techniques, des anecdotes vivantes, des ouvertures sur d’autres expressions artistiques, sous forme d’encadrés ; d’autres tableaux qui réinterprètent le thème (plus de cent reproductions). Et pour garder sous les yeux les tableaux commentés : 30 reproductions sous forme de fiches.

Figure éminente de la culture occidentale, Shakespeare continue d’influencer les artistes d’aujourd’hui. Ses pièces sont régulièrement jouées partout dans le monde. Shakespeare est l’un des rares dramaturges à avoir pratiqué aussi bien la comédie que la tragédie. Shakespeare écrivit trente-sept œuvres dramatiques, entre les années 1580 et 1613.

Mais la chronologie exacte de ses pièces est encore discutée. Cependant, le volume de ses créations n’apparaît pas comme exceptionnel en regard de critères de l’époque. On mesure l’influence de Shakespeare sur la culture anglo-saxonne en observant les nombreuses références qui lui sont faites, que ce soit à travers des citations, des titres d’œuvres ou les innombrables adaptations de ses œuvres. Ces preuves sont constituées de documents officiels mais elles donnent un aperçu limité de la vie du dramaturge. Cependant, en se rendant à Holy Trinity Church dans la ville de Stratford Upon Avon, il est possible de voir sa tombe et de lire une copie du registre paroissial où figurent sa date de baptême et sa date d’enterrement. Mais il est vrai aussi que Shakespeare n’inventait pas le thème de ses pièces, qu’il empruntait à des ouvrages existant déjà dans le fonds traditionnel comme c’était la coutume à l’époque où l’on ne parlait pas de plagiat mais de tradition.

William Shakespeare naît à Stratford-upon-Avon dans le Warwickshire, au centre de l’Angleterre. Il est le troisième enfant de la famille et l’aîné des garçons. Mary Arden, fille de l’aristocrate Robert Arden of Wilmcote, et le nouveau couple emménage dans une maison située sur Henley Street. Deux voisins de la mariée, Fulk Sandalls et John Richardson, publient les bans du mariage, pour signifier que l’union ne rencontre pas d’opposition.

Après son mariage, Shakespeare ne laisse que de rares traces dans les registres historiques. Le 2 février 1585, près de deux ans après le baptême de Susanna, des jumeaux, Hamnet et Judith, sont baptisés avec les prénoms de Hamnet Sadler, jeune boulanger de Stratford, et de sa femme Judith. La suite des années 1580 est connue comme l’époque des  années perdues  de la vie du dramaturge : entre 1585 et 1592, nous n’avons aucune trace de lui, et nous ne pouvons expliquer pourquoi il quitte Stratford pour Londres. Sir Thomas Lucy, un juge de paix local, et qu’il s’était enfui pour échapper aux poursuites.

Une autre théorie suggère qu’il aurait rejoint la troupe du Lord Chambellan, alors que les comédiens faisaient de Stratford une étape de leur tournée. Greene s’en prend à plusieurs dramaturges. Shakespeare n’avait pourtant produit qu’une seule œuvre véritable, Henri VI, écrite en 1591. Than public means which public manners breeds. Que l’argent du public, ce qui donne des manières vulgaires.

La reconstitution du théâtre du Globe à Londres. The Theatre est le premier véritable théâtre de Londres. Il a été bâti en 1576 à Shoreditch, au-delà des murs nord de la Cité. Ford :  Mon amour ressemblait à une belle maison bâtie sur le terrain d’un autre. Ainsi, pour m’être trompé de place, j’ai perdu mon édifice. Les fils Burbage opèrent par la ruse : le bâtiment en bois est démonté clandestinement, les matériaux sont transportés de l’autre côté de la Tamise à Southwark.

En attendant que tout soit opérationnel, la troupe joue au Théâtre de la Courtine, qui a été construit en 1577 à Shoreditch, près de l’ancien The Theatre. L’emménagement dans une nouvelle salle et la mort de James Burbage donnent l’occasion de remanier profondément l’organisation de la troupe. La statue de Shakespeare à Leicester Square. Alors qu’il vit à Londres, il ne perd jamais le contact avec Stratford.

Là il installe sa famille, constitue des réserves de grain. Vers 1611, Shakespeare décide de prendre sa retraite. Celle-ci s’avéra pour le moins agitée : il fut impliqué dans des démêlés judiciaires à propos de terrains qu’il possédait. Pour beaucoup, la position très floue que Shakespeare adopta au cours de l’affaire est décevante, parce qu’elle visait à protéger ses propres intérêts au mépris des nécessiteux. Shakespeare mourut le 23 avril 1616, à l’âge de 52 ans. Le 23 avril 1616 est aussi la date de la mort de Cervantes, mais l’Espagne étant déjà passée au calendrier grégorien, les deux hommes sont en fait morts avec dix jours de décalage. Shakespeare est enterré dans l’église de la Sainte-Trinité à Stratford-upon-Avon.

This entry was posted in Bandes dessinées. Bookmark the permalink.