L’homme de Nazareth PDF

Les juifs ayant l’homme de Nazareth PDF une ou plusieurs de ces croyances, dont les judéo-chrétiens de l’Église primitive, furent exclus par les Sages avec les minéens. La croyance que Jésus est Dieu, une partie de la Trinité, le Messie ou un prophète de Dieu est incompatible avec les principes traditionnels juifs. Les textes autorisés du judaïsme rejettent Jésus en tant que Dieu, être divin, intermédiaire entre les hommes et Dieu, Messie ou saint. L’Éternel, notre Dieu, est le seul Éternel .


Jésus est-il Dieu ou un homme ? Après l’an 70, leur réponse a toujours été unanimement et de plus en plus emphatique. Fondamentalement, le judaïsme croit que Dieu, en tant que créateur du temps, de l’espace et de la matière, est intemporel, et ne peut pas naitre ou mourir, ou avoir un fils. Le judaïsme enseigne qu’il est hérétique pour un homme de se proclamer Dieu, ou partie de Dieu, ou le fils réel de Dieu. La notion de Messie dans le judaïsme diffère substantiellement de l’idée chrétienne. D’après le judaïsme, le principe du Messie est d’amener l’âge messianique, un événement unique. C’est pourquoi chaque commentaire du judaïsme sur Jésus est influencé par le fait que Jésus a vécu alors que le Second Temple était debout, et non quand les Juifs étaient exilés.

Il n’a jamais régné comme un roi, et il n’y a pas eu de période de paix subséquente ou de grande connaissance. Jésus ne répond pas aux qualifications requises pour être le vrai Messie juif. Comme le judaïsme croit que la parole de Dieu est vraie de toute éternité, qui dit parler au nom de Dieu mais diverge de la Halakha ne peut pas être inspiré par l’autorité divine. Ezéchiel lui-même fut longtemps contesté, avant qu’un commentaire ne démontre la correspondance entre ses propos et la Torah. En conséquence, toute discordance avec les principes de la Bible hébraïque disqualifie Jésus pour être considéré comme un prophète.

Toutefois les Chrétiens pensent que le Juif Jésus a obéi aux principes de la Bible hébraïque, selon les deux grandes lois d’amour juives qu’il a reprises : Deut. Le judaïsme ne croit pas que le salut ou la repentance des péchés puissent être obtenus par le sacrifice d’une autre personne. Le judaïsme voit une obligation divine pour les Juifs à vivre comme un  peuple élu  en plein accord avec la volonté divine, comme une  lumière parmi les nations , et ne prétend pas offrir le chemin exclusif vers le salut ou  l’unique chemin vers Dieu . Au contraire,  tout Juste parmi les Nations a sa part au monde à venir. Bien qu’il n’y ait pas de position particulière du judaïsme sur Jésus, certains rabbins ont spéculé sur sa vie. Maïmonide dans son Épître au Yémen écrit que Jésus était un hérétique qui cherchait à supprimer la Torah. Jésus était un prêcheur charismatique d’amour et de justice dont la source des enseignements provenait des textes sacrés juifs.

Néanmoins, il ne croit pas que Jésus est le Messie et considère que les Chrétiens ont partiellement déformé les enseignements originels du Christ. Que son nom et sa mémoire soient effacés . Les premières références à  Yeshou  sont trouvées dans les textes non censurés du Talmud de Babylone et de la Tossefta. Ha-Notzri ne se trouve pas dans d’autres manuscrits partiels antérieurs à la censure, tels que les manuscrits de Florence, Hambourg et Karlsruhe où se trouvent les passages en question. Bien que Notzri n’apparaisse pas dans la Tossefta, à l’époque de l’élaboration du Talmud de Babylone, Notzri est devenu le mot standard en hébreu pour les chrétiens et Yeshou Ha-Notzri est devenu l’expression conventionnelle pour « Jésus le Nazaréen » en hébreu.

Talmud de Babylone, effectuée à Babylone, où la chrétienté n’avait pas encore le même impact qu’autour du Bassin méditerranéen, et ne fut pas considérée comme particulièrement notable. Moïse Maïmonide fut souvent consulté par des Juifs persécutés tant par des Chrétiens que des Musulmans, sommés de se convertir à ces nouvelles fois ou à mourir. Le premier à avoir adopté ce plan a été Jésus le Nazaréen, que ses os soient réduits en poussière. Il était d’Israël, bien que son père fût non-juif et que sa mère seulement fût israélite.

Le principe en notre main est : un non-juif venant sur une fille d’Israël, l’enfant est légitime. Vous savez que les Chrétiens ont imputé faussement des pouvoirs merveilleux à Jésus le Nazaréen, que ses os soient réduits en poussière, tels que la résurrection des morts et d’autres miracles. Même si nous les avions admis en raison de leurs arguments, nous ne pouvions pas être convaincus par leurs raisonnements que Jésus est le Messie. Car nous pouvons apporter un millier de preuves des Écritures, qu’il ne peut pas l’être même de leur point de vue. Même Jésus le Nazaréen qui imaginait qu’il serait Messie et qui a été tué par la cour, était déjà prophétisé par Daniel. Car, y a-t-il une plus grande pierre d’achoppement que celle-là ? Et tout ce qui concerne Jésus le Nazaréen et Mahomet l’Ismaëlite qui arriva après lui, n’a que pour seule raison de redresser notre chemin vers le Roi Messie, et de rétablir tout le monde pour servir Dieu ensemble.

This entry was posted in Nature et animaux. Bookmark the permalink.