L’Université de Rebibbia PDF

Elle grandit au 20, rue Pistone à L’Université de Rebibbia PDF. Parti socialiste italien, dont Antonio Gramsci est l’un des rédacteurs. En 1940, une bourse d’étude permet à Goliarda Sapienza, âgée de 16 ans, d’entrer à l’Académie nationale d’art dramatique à Rome.


L’Université de Rebibbia est le récit du séjour que fit Goliarda Sapienza dans une prison en 1980. Moment critique dans la vie de l’auteur : après s’être consacrée de 1967 à 1976 à l’écriture du monumental roman L’Art de la joie et avoir fait face à un refus général des éditeurs italiens, c’est une femme moralement épuisée qui intègre l’univers carcéral de Rebibbia, la plus grande prison de femmes du pays. Pour un vol de bijoux qu’il est difficile d’interpréter : aveu de dénuement ? Acte de désespoir ? N’importe. Comme un pied de nez fait au destin, Goliarda va transformer cette expérience de l’enfermement en un moment de liberté, une leçon de vie. Elle, l’intellectuelle, la femme mûre, redécouvre en prison – auprès de prostituées, de voleuses, de junkies et de jeunes révolutionnaires – ce qui l’a guidée et sauvée toute sa vie durant : le désir éperdu du monde.

Centre expérimental de cinématographie de Rome. Son roman L’Art de la joie, écrit entre 1967 et 1976, est considéré comme une œuvre majeure de la littérature italienne contemporaine. Beppe Costa, qui tente, en vain, de lui donner la rente de la loi Bacchelli, sans pouvoir obtenir une réimpression de ses œuvres. Lettera aperta sous le titre Le Fil d’une vie, trad. Française Moi, Jean Gabin, Le Rayol, France, Éditions Attila, 2012, 176 p.

Goliarda Sapienza, la gloire posthume d’une écrivaine insoumise , sur www. Le Charme de Goliarda Sapienza , sur www. L’art du paradoxe de Goliarda Sapienza , sur next. Retour sur l’œuvre de Goliarda Sapienza , sur www. Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 22 février 2019 à 19:39. Avec le développement d’Internet et du WEB 2.

This entry was posted in Fantasy et Terreur. Bookmark the permalink.