La Bibliothèque perdue de l’alchimiste PDF

Réputé immortel, la tradition alchimique lui attribue la paternité de l’œuvre ésotérique La Très Sainte Trinosophie. Personnage mystérieux entouré de légendes, il a inspiré de nombreuses œuvres littéraires et artistiques jusqu’à nos jours. La Bibliothèque perdue de l’alchimiste PDF qu’il en soit, certains virent en lui le descendant caché de quelque personnalité royale, et dans cette filiation supposée la raison de son intimité avec le roi Louis XV.


Printemps 1227. Ignace de Tolède est mandaté par le roi d’Espagne, Ferdinand III, pour découvrir la vérité sur l’enlèvement de la reine de France, Blanche de Castille. Tous les indices mènent vers le mystérieux comte de Nigredo et sa sombre citadelle dans le sud de la France. Mais le marchand à la sulfureuse réputation s’aperçoit rapidement que la mission royale n’est pas sans desseins inavoués. En effet, le destin de la souveraine semble étroitement lié à un manuscrit convoité par tous. En pleine hérésie cathare, Ignace de Tolède va devoir démêler le vrai du faux au péril de sa vie pour percer les secrets de l’alchimie.

Résidant à Londres où il brille dans les salons comme musicien, Saint-Germain quitte la capitale britannique en 1746. On perd sa trace pendant 12 ans. Pour certains, il se retire en Allemagne où il se consacre à ses recherches chimiques et alchimiques. Pourtant, il est plus souvent à Paris qu’à Chambord. Il se fait présenter à la marquise de Pompadour, qui l’introduit auprès du roi, Louis XV. Si le comte s’est attiré la sympathie du roi, il s’est en revanche aliéné le puissant duc de Choiseul, principal ministre de Louis XV, qui lancera une campagne pour le discréditer.

Rapidement, la supercherie est dévoilée et Gauve reconnu. Contrairement à ce qu’attend Choiseul, le vrai Saint-Germain n’en sort pas ridiculisé, mais grandi. Le 14 février 1760, le roi, voulant en finir avec la ruineuse guerre de Sept Ans, envoie le comte aux Pays-Bas pour négocier des pourparlers de paix. Sur le point d’être arrêté, il s’enfuit en Angleterre, se réfugiant à Londres pendant trois mois.

On le signale alors en Italie, en Russie, en Saxe et en Prusse : partout il cherche à monter des recherches sur les pigments et les couleurs. St-Germain est également cité dans les Souvenirs sur Marie-Antoinette. Le livre relate, entre autres, la démonstration de transmutation d’une pièce d’argent en or que fit Saint-Germain devant son premier mari, le marquis de Valbelle. L’entrevue avec le roi Louis XVI, dans le but de lui donner des révélations plus complètes, n’aura pas lieu, car le comte de Maurepas, son ministre, voudra faire arrêter Saint-Germain. En 1766, il se met sous la protection du roi de Prusse Frédéric II mais le quitte l’année suivante. Il arrive enfin à Gottrop, sur la Baltique, où il est hébergé par le prince de Hesse-Cassel. Saint-Germain, personnage exceptionnel qui, amusé par les rumeurs, ne les a jamais démenties, reste dans l’Histoire car il symbolise le rêve de l’immortalité.

This entry was posted in Adolescents. Bookmark the permalink.