La construction du rapport à l’écrit : L’écriture avant l’écriture PDF

2004-103 du 24 avril 2004, qui se présente comme l’annexe 5 de la présente circulaire. Le recteur arrête, en la construction du rapport à l’écrit : L’écriture avant l’écriture PDF avec les IA-DSDEN et en concertation avec les opérateurs de formations qu’il sollicite, un schéma prévisionnel des formations en fonction de l’analyse des besoins repérés.


Kim, trois ans, souriante, raconte, les yeux emplis d’images :  » Des fois je fais des beaux dessins. Eh ben, tu sais, moi j’ai un p’tit copain que j ‘ai eu à la mer, il s ‘appelle Félix. Ben, moi, j ‘ai, j ‘ai écrit à Félix des trucs et, et deux dessins. « 
Kim écrit à Félix ou tente de le faire. Elle ne sait pas lire encore mais elle  » écrit « . Ainsi, pour elle, comme la plupart des enfants interrogés ici, l’entrée en écriture est précoce et commence avant l’arrivée à l’école. Comment les débuts de ce long parcours scriptural sont-ils modelés par l’école et les apprentissages de l’enfant devenu élève ? Comment cette entrée dans l’écrit se vit-elle au quotidien lorsque les discours scolaires et familiaux divergent parfois ? C’est la voix des enfants qui tente de se faire entendre ici : résonance précoce, puisqu’elle est celle des « années maternelle  » : parole difficile puisqu’on la dit, parfois influencée et influençable mais expression essentielle puisque, ainsi que l’écrit Emilia Ferreiro :  » La voix des enfants peut contribuer à clarifier la question épistémologique encore ouverte : quel genre d’objet est l’écriture ?  » C’est en effet d’écriture dont nous parlent ces enfants, écoliers débutants : celle qu’ils pratiquent à la maison ou à l’école, celle qu’ils voient autour d’eux, celle que leurs proches effectuent, celle qu’ils imaginent, rêvent ou redoutent. Si, au terme de cet ouvrage, et pour reprendre Emilia Ferreiro, quelque chose de cet objet et de ce qu’il est pour ces jeunes enfants, apparait ; leur voix ou bien plutôt leurs voix, tant les tonalités en sont plurielles, auront été entendues. Ce livre s’adresse aux enseignants et aux chercheurs mais aussi aux parents et à tous ceux que la construction de l’univers d’écriture des enfants, d’une manière ou d’une autre, implique, intéresse ou interroge.

Un choix cohérent pour les lieux d’implantation des formations Selon les options, la formation est dispensée dans un cadre académique, interacadémique ou national. Les lieux d’implantation des formations, précisés dans la circulaire annuelle d’appel à candidature des enseignants, sont choisis en tenant compte des besoins recensés dans chaque académie. Ils doivent permettre de conjuguer au mieux proximité des sites de formation et effectifs d’enseignants à former. Ces choix sont validés au plan national afin d’assurer une cohérence d’ensemble.

Une mise en œuvre de la formation nécessairement concertée La formation spécialisée de base, dispensée par des équipes de formateurs qualifiés, est mise en œuvre selon les plans de formation élaborés par chaque opérateur. Elle comprend plusieurs périodes de regroupement des enseignants en formation. Pour le premier degré, le calendrier établi pour l’ensemble des périodes de formation doit permettre d’organiser les épreuves de l’examen du CAPA-SH dès la fin de la formation et avant la fin de l’année civile. Il prend en compte le fait que la formation doit être totalement accomplie par les enseignants avant l’ouverture de la session d’examen. Les modalités de mise en œuvre des plans de formation académique sont arrêtées après concertation entre le recteur et les IA-DSDEN de l’académie, et le directeur de l’IUFM concerné.

Les modalités de mise en œuvre des plans de formation interacadémique sont arrêtées après concertation entre les recteurs et IA-DSDEN de la zone concernée et le directeur de l’IUFM organisateur de la formation. Les recteurs et IA-DSDEN sont informés des conditions d’organisation des formations mises en œuvre au plan national par le CNEFEI ou un IUFM. La commission nationale de validation des plans de formation habilite, après vérification de leur conformité, les projets de plans soumis par les IUFM et le CNEFEI. Pour faire l’objet d’une habilitation, les plans de formation doivent respecter un cahier des charges qui définit les objectifs et l’organisation générale de la formation, ainsi que les modules qui doivent être mis en œuvre. Un référentiel des compétences attendues La formation préparant au CAPA-SH, doit permettre aux enseignants de développer des compétences professionnelles particulières et complémentaires de celles attendues d’un enseignant titulaire du premier degré.

IUFM ou au CNEFEI, d’une durée totale de 400 heures. Afin de les préparer à la prise en charge de ces élèves à besoins éducatifs particuliers et de les familiariser avec la problématique qui leur est propre, un regroupement initial est organisé au cours de l’année scolaire qui précède leur installation sur le poste spécialisé. La formation ainsi conçue favorise les questionnements issus de la pratique professionnelle et implique en conséquence l’organisation de moments d’analyse de cette pratique renforçant la réflexion distanciée que nécessite une formation spécialisée. La rédaction d’un mémoire professionnel a pour objet de développer une réflexion portant sur des connaissances acquises lors de la formation.

This entry was posted in Nature et animaux. Bookmark the permalink.