La folie maniaque-dépressive PDF

Elle appartient comme la dépression aux troubles de l’la folie maniaque-dépressive PDF. Elle constitue l’une des phases du trouble bipolaire et est, dans un sens, l’opposé de la dépression. Un épisode maniaque est caractérisé par une modification de l’humeur, et la survenue de certains symptômes tels ceux décrits ici.


La traduction par Georges Power (1913) de ce chapitre du troisième volume du grand traité de psychiatrie d’Emile Kraepelin est restée longtemps méconnue. Consacré à la « folie maniaque-dépressive », ce chapitre est extrêmement important : le professeur de psychiatrie de Munich y confirmait pour la première fois sa thèse de la nature endogène, quasi constitutionnelle de la maladie. Sa description clinique, particulièrement complète, fera date dans l’histoire de la psychiatrie. Mémoires du corps a voulu rendre à nouveau disponible en français ce texte crucial. Et rappeler aussi que le corps reste pour Kraepelin le support et le medium de toute pathologie mentale. C’est une sémiologie du corps dans ses manifestations cliniques et comportementales, et un chapitre essentiel des archives du corps, que nous trouvons à l’oeuvre dans cet exposé de la folie maniaque-dépressive.

Bien évidemment, tous les symptômes ne sont pas présents à la fois chez un même individu. La personne passe du centième au millième. Il s’agit du reflet de l’accélération des pensées. Lors d’une crise maniaque, le sujet affecté peut s’engager dans des affaires menant à des conséquences préjudiciables pour soi-même ou pour des personnes impliquées : achats compulsifs, dettes irréfléchies ou prise de décisions qu’il n’aurait pas engagées en dehors de la crise. Le comportement complète pendant une crise manie, chez le même patient, peut différer de cas en cas et souvent d’épisode en épisode. Les proches se retrouvent impuissants d’influence sur le sujet. A signaler que les drogues excitantes comme la cocaïne ou les amphétamines, produisent des états maniaques que certains travailleurs intellectuels ou créateurs artistiques apprécient par leurs effets sur l’association d’idées, la concentration, l’énergie et la diminution de la fatigue.

Le traitement préventif est essentiel pour éviter les rechutes. Hashimoto, auquel cas le traitement sera celui consacré à cette maladie. Cléopâtre Athanassiou-Popesco, La défense maniaque,  éd. Préface du Professeur Georges Lantéri-Laura, coll. Sur la fuite des idées . Rechercher les pages comportant ce texte.

La dernière modification de cette page a été faite le 30 août 2018 à 16:35. Trouble bipolaire est un terme de la nouvelle classification psychiatrique pour désigner un  trouble de l’humeur  fluctuant entre les deux pôles maniaque et dépressif. Le  trouble bipolaire  est un trouble de l’humeur qui se définit par une variation anormale de l’humeur : alternance de périodes d’excitation et de dépression. Le terme  bipolaire  évoque ainsi ces deux pôles, entre lesquels l’humeur oscille.

La cause n’est pas clairement déterminée. Il est nécessaire d’éliminer d’autres troubles, notamment parce que des symptômes dus à un dérèglement de la thyroïde pourraient être attribués par erreur à un trouble bipolaire. Lorsque les fluctuations d’humeur dépassent en intensité ou en durée celles de l’humeur normale et qu’elles entraînent des altérations du fonctionnement ou une souffrance, on parle de troubles de l’humeur. Le trouble bipolaire est un trouble mental qui touche la régulation et l’équilibre de l’humeur. De plus, les individus présentant un trouble bipolaire peuvent également connaître des périodes durant lesquelles leur humeur est particulièrement basse – il est alors question d’état dépressif modéré ou sévère. En fait, les périodes d’humeur haute et d’humeur basse alternent le plus souvent, entrecoupées de périodes d’humeur normale.

This entry was posted in Fantasy et Terreur. Bookmark the permalink.