La menace nucléaire PDF

Le Nouvel Observateur – Les marques, ou contenus du site nouvelobs. Vue d’artiste d’la menace nucléaire PDF vaisseau Orion selon les principes de conception de la NASA. Le Projet Orion fut la première étude de conception d’un véhicule spatial mû par propulsion nucléaire pulsée, idée proposée par Stanislaw Ulam en 1947.


Longtemps, le club des grandes puissances (États- Unis, Union Soviétique, Grande-Bretagne, France et Chine) est resté seul détenteur de l’arme nucléaire. Depuis, de nouvelles bombes ont fait leur apparition sur l’échiquier géopolitique : israélienne, indienne, pakistanaise… D’autres encore sont incertaines, et inquiètent : coréenne, iranienne… Qu’en est-il vraiment des risques de la prolifération nucléaire ? Faut-il la redouter ? Le terrorisme nucléaire est-il une véritable menace ? Quels sont les enjeux politiques de la bombe ? Le désarmement souhaité par certains est-il véritablement une solution ?

Autant de questions cruciales auxquelles Bruno Tertrais, maître de recherches à la Fondation de la recherche stratégique, répond de manière précise et claire.

En se basant sur l’énergie nucléaire, Orion aurait théoriquement permis d’obtenir à la fois une forte poussée et une importante impulsion spécifique, le Graal de la propulsion spatiale. En théorie, les performances offertes dépassaient de loin celles des meilleures fusées conventionnelles ou nucléaires alors à l’étude. L’objectif était de permettre les voyages interplanétaires à bas coût. Le concept de propulsion nucléaire pulsée fut imaginé en 1946 par Stanislaw Ulam, des calculs préliminaires furent faits en 1947 avec Frederick Reines puis formalisés mathématiquement en 1955 par Ulam et C.

Cette approche permet de concilier forte poussée, importante impulsion spécifique et grande densité énergétique, avec une relative simplicité technologique et une faisabilité à moyen terme. En 1956, General Dynamics créa la filiale General Atomics dans le but de commercialiser la technologie nucléaire civile naissante. Parmi eux, Theodore Taylor et Freeman Dyson qui y développèrent le réacteur Triga. La faisabilité de la propulsion nucléaire pulsée avait été physiquement vérifiée en 1954 au cours de l’essai nucléaire INCA de la série opération Redwing dans l’atoll d’Enewetak. Lew Allen consistait en deux sphères d’acier de 1 m de diamètre revêtues de graphite et contenant des matériaux à irradier, elles étaient suspendues à une dizaine de mètres de la charge de 20 kilotonnes testée. L’explosion confinée de la charge de faible puissance provoqua l’éjection d’une trappe en acier de 900 kg, à six fois la vitesse de libération d’après les calculs de R.

This entry was posted in Adolescents. Bookmark the permalink.