La Pierre de lumière, 4 volumes : Néfer le Silencieux, La femme sage, Paneb l’ardent, La place de vérité PDF

Christian Jacq, né à Paris XVIIe le 28 avril 1947, est un écrivain d’expression française vivant en Suisse. L’auteur a également écrit des romans policiers sous les pseudonymes de Christopher Carter, J. Il est élevé par une grand-mère qui lui donne la Pierre de lumière, 4 volumes : Néfer le Silencieux, La femme sage, Paneb l’ardent, La place de vérité PDF goût de la lecture.


Durant son enfance, il lit Spirou et les albums de Tintin. Avant son doctorat, il publie un premier essai sur les liens entre l’Égypte ancienne et le Moyen Âge à l’âge de 21 ans. Ses premiers écrits sont des romans policiers, genre qu’il n’abandonne pas par la suite. En 1980 et 1981, il publie, chez Plon, cinq romans d’une série, Basile le Distrait, sous le nom de plume de Célestin Valois. 1982, il écrit ses premiers romans historiques, comme La Reine Soleil et L’Affaire Toutânkhamon. En 1993, il se lance dans une série de romans sur l’Égypte ancienne.

C’est Claude Gagnière, directeur de collection chez France Loisirs, qui accepte en premier un projet de roman sous forme de cycle dont l’intrigue se situe en Égypte. Le premier opus paraît en 1993. France Loisirs pour continuer ses publications et se met à la recherche d’un nouvel éditeur. Une longue collaboration naît alors entre Christian Jacq et Bernard Fixot, directeur chez Robert Laffont.

Bernard Fixot fonde par la suite XO éditions, maison d’édition que rejoint Christian Jacq. Ces livres sont signés Christian Jacq et édités par J. Sur quatre livres édités chaque année, deux sont des rééditions mises à jour et complétées par l’auteur et deux sont des inédits. La transposition d’éléments contemporains dans l’Égypte antique est systématique. Raphaël Draï, un universitaire en sciences politiques, voit une différence entre le roman historique traditionnel et les romans de Christian Jacq. Il analyse que la technique de l’auteur est de  transposer des situations et un langage de soap opera dans un cadre supposé égyptien, avec ce qu’il faut d’onction spiritualiste pour obtenir l’adhésion du plus grand nombre.

Christian Jacq n’a remporté aucun grand prix littéraire français. Il reprend aussi les propos d’autres égyptologues, comme cette citation de Siegfried Morenz :  Qui dira si ce ne sont pas les momies égyptiennes qui ont inspiré la notion de résurrection de la chair dont on ne peut dire qu’elle soit vétéro-testamentaire ni chrétienne, ni surtout grecque ? Dans son roman Sphinx paru en octobre 2016, il met en scène un personnage nommé la Machine, qui veut asservir l’humanité. De son côté, Christian Jacq rejette le milieu universitaire et préfère une carrière en dehors de l’université. 2009 :  Je ne regarde pas cette civilisation comme un entomologiste étudie des insectes.

This entry was posted in Art, Musique et Cinéma. Bookmark the permalink.