La rencontre des religions PDF

Cet la rencontre des religions PDF présente des problèmes multiples. Vous pouvez aider à l’améliorer ou bien discuter des problèmes sur sa page de discussion. Cet article ne cite pas suffisamment ses sources.


La réorganisation et la clarification du contenu sont nécessaires. Deux origines sont proposées pour ce mot, toutes deux latines. L’étymologie, cependant, n’explique pas tout, et il reste difficile à ce jour de proposer une définition de religion qui fasse l’unanimité. Introduite par Karl Marx et Friedrich Engels, elle envisage la religion comme idéologie.

Désignée comme  l’opium du peuple , la religion est une production non-materielle des sociétés traduisant des rapports sociaux et politiques. Certains auteurs considèrent cette opposition comme absente de certaines cultures. Ainsi Bronisław Malinowski, lors d’un voyage en Nouvelle-Guinée, raconte que pendant une expédition en pirogue, les autochtones qui l’accompagnaient se sont tous jetés à l’eau à la vue d’une  sorcière volante . D’autre part, certains phénomènes aujourd’hui en plein développement, tels que la croyance en l’astrologie, la télékinésie ou la télépathie, relèvent peut-être du même ressort.

Elle définit la religion par son utilité : la religion est ce qui crée du lien social ou qui fournit une explication globale du monde. Mais l’on peut reprocher à cette définition d’être bien trop large, car les religions ne sont pas seules à contribuer au lien social ou à fournir un sens à la vie. Chez Durkheim, le facteur de renforcement du lien social est la division du travail, pas la religion. D’autre part, la construction d’un sens de la vie ne passe pas forcément par la religion, comme le prouvent les philosophies laïques ou agnostiques. Yves Lambert propose une définition de la religion qui reposerait sur trois critères successifs de plus en plus restrictifs.

Le premier critère définit la religion par sa croyance en l’existence d’une réalité se situant au-delà de la réalité empirique, c’est-à-dire au-delà des limites objectives de la nature et de l’homme telles que les saisit la science. Le dernier critère dote la religion de formes rituelles collectives. Un système de croyances et de pratiques se rapportant à des réalités supraempiriques en rapport avec l’homme par des moyens symboliques et donnant lieu à des formes communautaires. De manière générale, on constate une baisse de la plupart des critères de l’adhésion chrétienne.

Italie et en Irlande, la religion est de moins en moins considérée comme une source de force et de réconfort. Italie et en Irlande, l’adhésion aux croyances chrétiennes tend à se relâcher. Le recul du christianisme est donc visible partout sauf en Italie et en Irlande, mais particulièrement en France, en Belgique, aux Pays-Bas et en Grande-Bretagne. Les cas particuliers évoqués plus haut sont dus à des raisons historiques liées au prestige de la papauté en Italie et à l’identification entre le catholicisme et la cause nationale en Irlande, où être catholique s’assimilait à un acte de résistance et d’opposition à la Grande-Bretagne. Si le christianisme est en baisse dans tous les pays de l’Europe occidentale, ils ne se situent pas au même niveau.

Les pays qui restent très religieux se situent dans la zone de tradition catholique. On le rencontre surtout dans les pays scandinaves. Il faut de plus noter que ce recul religieux est générationnel. Chaque nouvelle génération est moins chrétienne que la précédente. D’une part les termes liés à l’extrémisme religieux, mêlant, extrémisme, radicalisme, intégrisme, ultraorthodoxie, fanatisme.

Il faut donc de ne pas travestir la réalité en respectant les sensibilités de chacun. Le fondamentalisme est purement religieux, et s’attache principalement au respect des traditions de sa religion dans le cadre religieux. L’intégrisme au contraire, veut modeler la société et l’État conformément aux prescriptions religieuses. Ainsi, il ne sera fait mention ici que des points communs entre ces différents extrémismes. Enfin, toute étude sociologique de l’extrémisme religieux est rendu difficile par les extrémistes eux-mêmes. Aucun sociologue n’ayant pu étudier les extrémistes de l’intérieur.

L’affirmation de l’extrémisme religieux apparaît dès 1970, notamment en Iran et en Israël avec l’imam Khomeiny et les ultra orthodoxes juifs. En Occident, les sectes commencent à se développer. Sud créées par le libéralisme et le retard économique et politique des deux autres idéologies dans leurs pays. Les intégristes religieux proposent une alternative à cela.

This entry was posted in Famille et bien-être. Bookmark the permalink.