LA TRAQUE, LES CRIMINELS DE GUERRE ET MOI PDF

Une réorganisation LA TRAQUE, LES CRIMINELS DE GUERRE ET MOI PDF une clarification du contenu paraissent nécessaires. Fils d’une mère étouffante et d’un père brutal, Otto Octavius grandit dans la ville de Schenectady, dans l’état de New-York.


En 1999, le conseil de sécurité des Nations Unies nomme Carla Del Ponte procureur général du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) et du Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY). Forte de l’autorité que lui confère ce poste, elle ose dénoncer l’attitude coupable de certains gouvernements face aux génocides. Son tribunal poursuit les criminels même protégés. Plus de place pour l’impunité, souhaite-t-elle. Malgré de violentes pressions, elle parvient à traduire en justice les responsables de charniers au Rwanda, en Bosnie-Herzégovine, en Croatie et au Kosovo. Son courage et sa détermination lui attire des ennemis des deux côtés (celui des autorités et celui des assassins). Son poste, très exposé, fait d’elle l’une des personnes les plus menacées de la planète, sous protection 24 heures sur 24. Son mandat a pris fin en 2007. Dans cette autobiographie qui dérange, Carla Del Ponte raconte ses huit années passées à servir la justice en tant que Procureur. Elle livre des noms, des faits (trafic d’organes au Kosovo notamment) et formule des accusations embarrassantes pour la diplomatie suisse et pour plusieurs pays occidentaux qui mènent actuellement des politiques douteuses dans les Balkans, sans parler des intérêts économiques à préserver. Ce témoignage fascinant oblige à ouvrir les yeux. On s’incline devant tant d’intégrité.

Son père, un ouvrier d’usine, battait régulièrement le jeune Otto ainsi que son épouse Mary Lavinia. Terrifié par son père, Otto fut ainsi un enfant, puis un adolescent renfermé, timide et craintif. Au cours de ses études, il finit par sortir avec une jeune chercheuse, envisageant de demander à la jeune femme de l’épouser. Lorsque sa mère éclata de rage en écoutant Otto lui annoncer son prochain mariage, celui-ci, pour plaire à sa mère, rompit brutalement avec Mary-Alice.

Peu après, il découvrit que sa mère fréquentait à son tour un bibliothécaire et envisageait, elle aussi, de se remarier. Brillant atomiste, Otto Octavius avait imaginé un harnais thoracique auquel étaient fixés 4 tentacules métalliques lui permettant de manipuler de dangereuses substances radioactives à distance. Au cours d’un accident de laboratoire, il se produisit une explosion de liquides radioactifs et le savant fut irradié. Le harnais se souda alors à sa peau et fut relié à son système nerveux. Octavius constata alors qu’il pouvait manœuvrer mentalement ses bras artificiels. Lors de leur première rencontre, le Docteur Octopus surclasse Spider-Man, le jetant par la fenêtre.

This entry was posted in Nature et animaux. Bookmark the permalink.