LA VIE D’AUTREFOIS EN PAYS BASQUE PDF

Orthographe basque pour les territoires du Pays basque espagnol. En basque, le nom du pays est aussi LA VIE D’AUTREFOIS EN PAYS BASQUE PDF lié à celui de sa langue. Les deux termes ont donc une portée différente. Euskal Herria  est une notion plus géographique et culturelle, alors que  Euzkadi  est une notion politique : elle désigne la nation basque.


Entre terre et mer, traditions et villes balnéaires, connaître tout sur le Pays basque du début du siècle.

La carte linguistique des  sept provinces basques  de Louis Lucien Bonaparte en 1869. Longtemps le royaume de Navarre fut l’expression la plus aboutie de la souveraineté du peuple basque. Pays des Basques  est utilisée pour désigner des espaces d’étendue variable peuplés de Basques. Comme pour les formes françaises, on désigne ainsi les régions peuplées de Basques. Une telle description géographique demeure isolée. On pourrait aussi définir le Pays basque à partir d’un critère purement linguistique, et en retirer notamment le sud de l’Alava et de la Navarre. Bayonne, ni Pampelune, ni Bilbao ne sont basques .

Le Pays basque de Georges Viers, publié en 1975. En revanche une partie significative de l’opinion publique espagnole et particulièrement navarraise refuse d’admettre la pertinence de ce concept de  Pays basque . La Navarre, dont la partie sud n’est plus bascophone, est l’objet d’un sentiment d’identité régionale particulièrement marqué — à tel point qu’on parle de navarrisme. La conception extensive du territoire basque qui est l’objet de cet article n’est pas dépourvue de cohérence : ainsi délimité, le Pays basque est simplement la réunion des sept provinces qui contiennent des locuteurs du basque. Pour Barbara Loyer, la formation sociale du territoire va de pair avec l’évolution de l’identité basque.

La question n’est toutefois pas systématiquement éludée par les nationalistes basques : ainsi Manex Goyhenetche, qui est d’abord un historien, en fait l’ouverture de son Histoire générale du Pays basque sous le titre provocateur  Le Pays basque existe-t-il ? La pensée de Pierre Letamendia est nuancée : pour lui  Ce n’est que par convention et par construction sociale et politique qu’on peut identifier le Pays basque et les sept provinces historiques traditionnelles. Ces dernières ont incontestablement un enracinement historique et politique. La géopolitologue Barbara Loyer, foncièrement hostile aux nationalismes régionaux, propose une peinture très critique des enjeux territoriaux de la construction de l’identité.

Pour elle  plus on prend en considération des ensembles spatiaux vastes, plus on néglige les diversités locales au profit des représentations . Des auteurs plus ouverts au nationalisme basque sont beaucoup plus optimistes et voient au contraire dans la montée en puissance de la territorialisation de l’identité basque une chance. S’éloignant de la conception linguistique inadéquate et de la conception ethnique qui a longtemps imprégné le mouvement national basque, elle se débarrasse ainsi d’une catégorie de pensée peu rigoureuse. Traditionnellement, le Pays basque est décrit comme formé par la réunion de sept provinces, ou territoires historiques. Andre Maria Zuriaren plaza à Vitoria-Gasteiz. Vitoria est aussi capitale de la communauté autonome basque. Communauté forale  en référence aux fors de Navarre.

This entry was posted in Informatique et Internet. Bookmark the permalink.