Le droit public et la ségrégation urbaine, 1943-1997 PDF

Dans les sociétés le droit public et la ségrégation urbaine, 1943-1997 PDF, on appelle violences urbaines un phénomène d’explosion de violences collectives, en marge des villes, de la part de populations qui s’estiment défavorisées ou humiliées par les institutions. Des Blancs faisant la chasse aux Noirs, pendant les émeutes à Chicago de 1919 déclenchées à la suite de la noyade d’un jeune Noir. Poste de transformation EDF de Clichy-sous-Bois, où la mort de deux adolescents déclencha les émeutes de 2005 en France. Leur ancienneté relative, en tout cas aux États-Unis d’Amérique.


Leur irruption sporadique à des périodes et dans des villes différentes. L’incapacité apparente des pouvoirs publics à les comprendre, puis éventuellement à les combattre. Strasbourg, en 1995, quelques dizaines de voitures brûlent en fin d’année, et un peu moins en 1996. En 1997 ont lieu simultanément un emballement médiatique pour ces incendies, couverts en détail dans la presse nationale pour la première fois, et une forte augmentation de leur nombre, passé à 90 en une semaine. Même si ce schéma est lui-même contesté, il faut garder ces observations en tête pour l’étude des violences urbaines proprement dites, dont l’évolution est différente.

Quoi qu’il en soit, comme le fait par exemple remarquer Michel Foucault dans Surveiller et punir, les grands complexes industriels européens ont été construits en lisière des villes pour prévenir les révoltes ouvrières. Une voiture brûlée en France en 2005. Par la suite, les autres incidents marquants en France seront ceux de Vaulx-en-Velin en 1990 et Sartrouville et Mantes-la-Jolie en 1991. Body-Gendrot, finalement,  la violence urbaine s’observe dans la plupart des sociétés modernes. En France, la violence urbaine exprime davantage une perte de confiance dans les institutions , et celle-ci est d’autant plus forte que l’implication de ces institutions dans l’intégration a été traditionnellement importante. Au cours de l’année scolaire 2002-2003, 72 507 cas de violences scolaires ont été recensés, dont 1 581 violences physiques avec arme. Ce chiffre inclut également 21 003 violences physiques sans arme et 16 623 insultes ou menaces graves.

Les transports urbains, dont les fauteuils sont couramment lacérés, les vitres gravées, les portes recouvertes de tags. La SNCF consacre à elle seule cinq millions d’euros annuellement au nettoyage de ces tags. La police et les pompiers, régulièrement pris à partie ou caillassés, déplorant tous les jours des outrages à agent. Une situation familiale critique telle que la monoparentalité. Cette dernière autoriserait le relâchement du contrôle parental sur les jeunes, en France comme dans tout le monde occidental, États-Unis compris.

This entry was posted in Cuisine et Vins. Bookmark the permalink.