Le jardin et les légumes PDF

Dans le but d’améliorer ses performances, ce site est actuellement en maintenance. Un hébergement Web de qualité pour mon site. Chantier participatif en écoconstruction : solidaire, écologique, pédagogique et festif ! Nima’Sadi de partage et le jardin et les légumes PDF’expérimentation sur autoproduction – les activités associatives de Passerelle Eco.


Les enfants adorent patouiller dans la terre et récolter ce qu’ ils ont eux-mêmes planté !. Que vous soyez un as du jardinage ou un apprenti jardinier, que vous ayez un jardin, un balcon ou seulement quelques jardinières enfilez vos gants avec vos enfants, suivez le pas à pas, et amusez-vous !

Les habitats légers : cul de sac social ou territoires libérés pour une autre économie ? Appel à soutien pour le droit à un habitat choisi, modeste, écologique et citoyen ! 9-10-11 Octobre 2009 : Bienvenue les Yourtes ! Basés depuis quelques années dans le Tarn, Peggy et Jérôme ont choisi de vivre en yourte avec leur petite fille de 3 ans. Leur aménagement est tout récent, il date de fin novembre 2008. Peggy est animatrice, elle travaille dans le cadre d’une association locale, Jérôme est agriculteur bio mention Nature et Progrès, il est vigneron et éleveur de poulets.

Vivre en yourte — qu’est-ce qui vous a décidé à choisir ce mode d’habitat ? Les trajets incessants entre notre habitation et le terrain devenaient pénibles. Nous regardions du coté des yourtes mais sans être vraiment décidés. Au cours de l’été 2007 nous avons rencontré Mathieu, fabricant de yourtes sur le Larzac.

Pourquoi choisir un fabricant français plutôt que d’opter pour une yourte mongole moins cher ? P et J : C’était davantage dans notre démarche éthique de choisir un fabricant sur place, au plus près de l’endroit ou nous habitions, ensuite, nous ne savons pas dans quelles conditions de travail sont réalisées les yourtes mongoles. Quels avantages voyez-vous à ce mode de vie ? P et J : Il n’a fallu qu’une journée et demie pour monter la yourte, une fois fabriquée, le montage a été très rapide.

Ensuite, elle est facile à chauffer, nous utilisons une cuisinière à bois, cela suffit pour nos 50 m2 de surface habitable, pourtant le point le plus haut de la yourte va jusqu’à 4 m. L’espace rond donne une belle ambiance, il est facile de donner une belle lumière à cet espace, notamment par le chapeau du sommet. Vivre en yourte, sur un territoire — Y a-t-il eu des réticences dans votre voisinage, et quelle est la position des administrations ? P et J : Les problèmes ont commencé avec l’acquisition du terrain, alors qu’à l’époque, nous n’avions pas encore l’idée d’y installer une yourte. Nous avions un projet agricole en bio, les voisins et le conseil municipal de la commune se sont ligués contre nous.

Une pétition a circulé pour faire échec à notre installation, prétextant le risque de nuisance, pollution de l’eau, sonore etcalors qu’ils ne connaissaient pas vraiment notre projet. J’ai participé à un conseil municipal dans lequel nous avons été accusés de tous les maux de la terre, m’empêchant de répondre à leurs questions, j’ai même cru qu’ils allaient me taper dessus. Je me croyais victime d’un tribunal moyenâgeux à l’époque de l’Inquisition. Auprès de la Safer, ça a été aussi très dur, les terrains vont en priorité aux voisins et aux gros exploitants de la région, l’acquisition de la terre, c’est très difficile pour les jeunes qui veulent s’installer. Finalement, ça a pu se faire mais non sans mal et après de nombreuses démarches administratives. Nous avons été soutenus par la Confédération Paysanne. Suite à cet épisode, j’ai construit un bâtiment agricole pour la vinification et c’est ensuite seulement qu’est arrivé notre projet de Yourte.

Après visite de la gendarmerie nous avons déposé un permis de construire, les choses en sont là pour l’instant. Nous sommes protégés par notre statut agricole et le fait d’avoir déjà construit un bâtiment agricole sur le lieu. La législation n’a pas évolué dans le bon sens pour ce type d’habitat. Jérôme : Je dispose d’environ 7 ha au total dont une bonne partie en vigne . J’ai participé au dernier Salon des Vins bio à Gaillac en décembre dernier, je suis aussi présent à biocybèle et au marché de Cordes tous les samedi matin. Vous pouvez contacter Peggy et Jérôme au 06 11 92 33 12.

This entry was posted in Romans policiers et polars. Bookmark the permalink.